Imprimer

 

  

syrie 1

Syrie apicole (2002)
Par Gilles Fert

Le pays qui a vu naître l'agriculture est une destination de rêve pour les passionnés d'apiculture. Une race d'abeilles bien particulière, de grandes zones mellifères, des traditions venues des temps les plus anciens font de la Syrie tout sauf un désert sans vie.

Situation géographique
La Syrie qui est située au cœur du Moyen-Orient, est un pays montagneux et. Ce pays est traversé par l'Euphrate qui vient des montagnes de Turquie situées au Nord. La vallée de l'Euphrate particulièrement fertile est la région de production du coton et du tournesol. La façade maritime de 180 km sur la mer Méditerranée permet une ouverture commerciale importante. Cette frange méditerranéenne traversée par le fleuve Oronte est la grande zone de culture des agrumes, vignes, oliviers et maintes variétés de fruitiers. Le système d'irrigation très élaboré de cette vallée fait l'admiration de tous les agronomes internationaux. Le désert représente 60% de la surface du pays.

Quelques chiffres

La Syrie est une destination rêvée pour les amateurs d'histoire. La richesse des vestiges archéologiques est importante avec pour les plus connues Palmyre, le Krak des Chevaliers et bien sûr l'ancienne ville d'Ugarit où fut découvert le premier alphabet.

L'agriculture est née sur les bords de l'Euphrate. Effectivement, il y a 12000 ans, des hommes se sont fixés dans le Croissant fertile et ont développer les premiers gestes de récolte et de semis. La technique d'élevage des abeilles dans des ruches de terre cuite est également apparue pour la première fois dans cette région du monde. On rencontre aujourd'hui encore quelques ruchers traditionnels constitués de ruches horizontales. Dans les zones désertiques de l'Est, les ruches sont faites de végétaux tressés recouverts de terre. Mais de plus en plus, les troncs d'arbres en liège et les poteries laissent place à de simple caisses de bois d'une longueur d'un mètre pour une largeur de 15 cm environ (photo 1). Elles sont toujours placées horizontalement, souvent superposées et regroupées pour constituer des ruchers de plus de cinquante colonies. Les abeilles construisent dans ces ruches de petits rayons qui résistent mieux aux fortes chaleurs. Dans la région de Maaloula prés de la frontière Libanaise, les colonies sont placées dans des niches faites dans les murs des habitations. Se sont parfois une centaine de ruches par maison qui sont ainsi protégées des fortes températures.

L'abeille locale
La syrie fait partie de ces pays qui ont la chance d'avoir une abeille locale. Apis mellifera syriaca est répartie sur tout le pays, ainsi qu'en Jordanie, au Liban et dans la partie Nord de l'Iraq. C'est une abeille jaune qui ressemble aux abeilles italiennes( ligustica), elle est toutefois légèrement plus petite. Les deux dernières tergites sont grises (photo 2). Cette abeille a un comportement particulièrement doux dans les régions de l'Est et du sud où elle est restée pure. De plus, elle est très bien adaptée à son milieu. Très résistante, elle survit aux périodes de sécheresse là ou les abeilles étrangères ne peuvent passer une saison. Seule la zone côtière méditerranéenne est fortement hybridée avec des abeilles italiennes et carnioliennes ( carnica) que les apiculteurs importent illégalement afin de produire plus. Malheureusement, les inévitables produisent une abeille agressive, et nécessite un nourrissement au sirop de sucre en période d'hivernage. C'est pourquoi, la plupart des apiculteurs Syriens souhaitent retrouver leur abeille locale et démarrer une sélection qui permette d'obtenir une production comparable aà celle des races étrangères. Les apiculteurs locaux ont observé trois écotypes. Les travaux du Dr. Hicham Al Rouz confirment ces observations. Le premier Sayafi (sabre) construit des rayons parallèles aux parois des ruches traditionnelles. Le second Ghanami (mouton) construit perpendiculairement, et le troisième Kamari (lune) en arc de cercle. Observation troublante faite par Saïd al Attar: lorsqu'on transvase une colonie d'abeilles locales d'une ruche de type Sayafi dans une ruche Ghanami, les abeilles ordinairement calmes deviennent très agressives.

La Flore
Principales miellées :

L'apiculture Syrienne
On recense 365 000 ruches pour une production officielle de 1750 t/an. 80% des ruches sont de type Langtroth divisibles. Le reste est composé de ruches traditionnelles. A partir de 100 ruches, l'apiculteur dégage un revenu suffisant pour vivre. La moyenne de production des ruches transhumantes est d'environ 20 à 25 kg. Comparé au cours du marché international, le miel local se vend très cher, de 7 euros/kg pour le miel de coton ou tournesol, jusqu'à 24 Euros/kg pour le miel de thym. Ce miel est vendu dans des boutiques spécialisées, ou dans les nombreux souks des grandes villes. On en utilise une quantité importante pour la préparation des fruits confits. Par contre, contrairement aux pays du Maghreb, le miel rentre très peu dans la composition des pâtisseries. Comme en témoigne les premiers écris d'Abu Hamid al Ghazzali et Abu Kaim al Jausieh, le miel est considéré depuis toujours comme un remède souverain en Syrie. Quelques miels de qualité comme le thym sont exportés dans les pays du golfe, mais cela ne représente que 30 t/an.

Pas de traitement
Concernant l'élevage des abeilles, la particularité et le grand avantage de la Syrie est la faible utilisation des pesticides par l'agriculture. En raison du coût élevé des traitements, les agriculteurs ne peuvent pas se le permettre. Les vastes champs de coton que l'on rencontre sur les rives de l'Euphrate offrent une transhumance sans risques pour les apiculteurs, chose unique, sachant que le coton est une des plantes les plus traitée à travers le monde. Il en est de même sur les flancs des volcans de la région Est de Suweida, où les nombreux vergers de pommiers produisent naturellement des pommes parfaitement biologique. Dans le but d'assurer une meilleur pollinisation des cultures, le gouvernement aide et incite les projets apicoles. Depuis 10 ans, des prêts sur 5 ans sont attribués pour l'achat des ruches. Cinq ateliers de fabrication de ruches sont répartis à travers le pays, avec une capacité de production de 10 000 ruches/an. Le prix d'achat d'une ruche correspond au prix de vente de 3 kg de miel. Une centaine de techniciens de l'apiculture vulgarisent les nouvelles méthodes d'apicultures dans 20 centres spécialisés. Ils élèvent et proposent également des essaims au prix de 30 Euros, soit une ruche peuplée pour 50 Euros. Cette vingtaine de centres apicoles reçoit 300 stagiaires chaque année. L'objectif du gouvernement est d'atteindre le nombre de 500 000 ruches réparties sur les cultures afin d'assurer une bonne pollinisation, c'est aussi de permettre l'installation de 15000 jeunes apiculteurs dans un pays ou le chômage atteint plus de 30%. Le gouvernement a un projet ambitieux de reboisement des zones montagneuses en Eucalyptus et acacia. Ces nouvelles surfaces mellifères permettraient aux apiculteurs transhumants de prolonger leur saison.

Les problèmes rencontrés par nos collègues Syriens sont les mêmes que pour les apiculteurs du bassin méditerranéen. La lutte contre varroa se fait par traitement à l'acide acétique ou au Bayvarol. La présence du guépier l'oiseau mangeur d'abeilles( merops apiaster et merops superciliosus ) dans la plupart des régions pose de plus en plus de problèmes. Dans certains cas, face à ces attaquent chaque année plus fréquentes, les apiculteurs sont contraint de déplacer certains ruchers. Dans la région sud de Suweida ainsi que la région frontalière avec l'Iraq, se sont les chacals qui s'attaquent aux ruches, en causant des dommage comparable aux blaireaux dans l'Ouest Européen et en Afrique. Quand aux nombreuses guêpes, elles posent un problème uniquement aux abeilles importées et leurs hybrides, car l'abeille locale syrienne est parfaitement adaptée et se débarrasse seule des ces intrus.

Reines et gelée royale
Certains apiculteurs se spécialisent en élevage de reines, ainsi qu'en production de gelée royale. Le niveau technique de ces nouvelles exploitations est remarquable. Actuellement, il se produit environ 300 kg de gelée royale. Le prix au détail est de 2 Euros/gr. sur le marché local. L'abeille syriaca est particulièrement bien adaptée à cette production, car elles acceptent et remplissent une quantité importante de cupules.

Apiculteurs sans frontières
Depuis 5 ans maintenant, les collaborateurs d'Apiculteurs sans frontières sont également présents dans cette partie du monde. Ces bénévoles ont donné de leur temps et de leur savoir apicole au Liban, Syrie, Jordanie et Maroc. Pour ce qui est de la Syrie, cet échange constructif est le fruit du travail de M. Saïd al Attar, côté Syrien, et de M. Roberd Yvrard, président d'Apiculteurs sans Frontières, pour la France. Leur mission va de la simple vulgarisation des techniques apicoles de base comme la production du miel dans les ruches traditionnelles, jusqu'à l'élevage des reines et l'enseignement de l'insémination instrumentale (photo 4). L'idée directrice de cette association est le développement et l'exploitation des ressources apicoles de la région tout en respectant les us et coutumes des populations, c'est aussi l'aide à la sélection de l'abeille locale afin de ne pas dépendre des importations.

Quelques chiffres

Ton seigneur a révélé aux abeilles
"Etablissez vos demeures dans les montagnes, dans les arbres et les ruches, puis mangez tous les fruits, suivez ainsi docilement les sentiers de votre seigneur" "de leurs entrailles sort une liqueur diaprée où les hommes trouvent une guérison. Il y a vraiment là un signe pour un peuple qui réfléchit."
Versets N° 68/69 tirés de la surate les abeilles dans le Coran.

Parcours de l'apiculteur transhumant

Pour en savoir plus

Gilles Fert

 

Ce site utilise les cookies pour faciliter la navigation. Aucun traçage à but commercial :-)