Imprimer

SNA
Avec l'aimable autorisation de la revue du SNA - Abonnez-vous à l'Abeille de France

nectar miellat 1

Nectar, miellat, pollen et environnement… (2004)
Par Paul Schweitzer

L’abeille domestique n’a de domestique que le nom. La réalité nous montre bien que personne n’est maître de ses abeilles. Les exemples sont nombreux. Ainsi, si la sélection de l’abeille pose tant de problèmes particuliers, c’est bien parce que l’apiculteur lambda ne pratiquera jamais l’insémination artificielle et ne maîtrisera donc jamais une des clés de toute sélection, le contrôle de la fécondation. Il en est de même avec la récolte des miels et il est fréquent de constater que deux ruches voisines ont des rentrées de nectar de nature différente. Cela est encore plus évident lorsque l’on récolte le pollen : des trappes voisines se garnissant durant les mêmes périodes de grains de pollen aux colorations différentes. Mais quels sont donc les éléments qui déterminent le choix des abeilles ?

L’appétence naturelle des abeilles pour tout ce qui est sucré (1) les amènent à butiner différentes sources.

Les nectars sont les sources les plus “ naturelles ” puisqu’elles résultent de l’étroite coévolution des angiospermes avec les insectes butineurs. Selon leur origine florale, ils peuvent être plus ou moins riches en sucres – de quelques pour cent seulement pour les nectars les plus dilués comme chez Fritillaria imperialis, une liliacée ornementale appelée communément “ couronne impériale ” à des concentrations pouvant atteindre 50% (2). La composition en sucres des nectars dépend également de l’origine florale : certains sont à saccharose dominant et d’autres à glucose/fructose dominants avec tous les intermédiaires possibles. De ces deux derniers sucres, c’est en général le fructose qui prédomine ce qui explique également sa dominance dans les miels… Les nectars contiennent également des marqueurs olfactifs qui vont conditionner les abeilles…

Les miellats sont également à l’origine de miels dont certains ont une haute valeur commerciale. Résultant du parasitisme d’un végétal par des insectes piqueurs (cochenilles, aleurodes, psylles, aphidiens…), ils ne sont pas avantageux pour le végétal. Ils ne conviennent pas non plus pour l’hivernage des colonies d’abeilles, leur digestion laissant trop de résidus qui s’accumulent dans l’ampoule rectale des ouvrières. Leur composition en sucres est très différentes des nectars avec présence de triholosides comme le mélézitose et même quelquefois de sucres supérieurs. Leur charge minérale est également très importante. Leur production est sous la dépendance de nombreux facteurs écologiques : sol, microclimat, insectes “ éleveurs de puceron ” comme les fourmis, etc…


Cliché Lamacchia (83)

Enfin l’abeille sera attirée vers toutes autres sources sucrées qu’elle pourra trouver dans l’environnement : fruits(3), canne à sucre(4), résidus sucrés quelconques(5)

L’attractivité d’une source dépend de ce que l’on peut appeler la “ loi du maximum ” ou de la meilleure rentabilité :


Champs de trèfle dans le Finistère
Le Cunuder (7)

L’offre de l’environnement : A chaque instant de l’année(6), l’environnement proche d’une ruche, disons un rayon de 2 à 3 kilomètres (plus si l’environnement est pauvre), offre aux abeilles un florilège d’espèces en fleurs plus ou moins intéressantes qui, sont, d’une certaine façon, en compétition entre elles, chacune étant là pour être pollinisée. La production de nectar et sa qualité sont sous la dépendance de facteurs écologiques : nature du sol, hygrométrie, altitude, exposition et météorologiques. Plus une plante est dans une situation optimale par rapport à son preferendum écologique, meilleure est sa sécrétion. Ainsi en période de sécheresse, une des premières réactions des plantes à fleurs et de “ couper le robinet ” du nectar : la production de nectar consomme de l’eau et dans ces périodes difficiles économiser le précieux liquide est vital. Nectar, miellat sont ainsi recherchés dans l’environnement proche de la colonie. L’abeille y recherche également du pollen, de l’eau, de la propolis…

La demande de la ruche : L’appétence naturelle des abeilles pour le sucré fait que les ouvrières récoltent systématiquement toute source de nectar ou de miellat. Ce comportement d’amassage est à l’origine de nos belles récoltes de miel. Il est malgré tout régulé par :


Rucher sur ruchette - Cliché M. Vedrenne


Nouvelle source - Cliché B. Vallier

 Il est d’ailleurs intéressant de constater que l’économie de la ruche obéit à des lois du marchés qui ressemblent beaucoup aux nôtres :

Paul Schweitzer
Laboratoire d’analyses et d’écologie apicole
© CETAM-Lorraine 2004


Cliché Mathieu

(1) La notion de sucré est subjective car, pour nous, il existe des sucres qui ne sont pas sucrés et des non-sucres qui le sont. De nombreux travaux ont montrés que les sucres n’ont pas tous la même attractivité pour les abeilles.

(2) Les nectars les plus dilués sont généralement produit essentiellement à partir de la sève brute circulant dans le xylème alors que les nectars concentrés sont produits à partir de la sève élaborée, les nectaires étant alors vascularisés à partir du phloème.

(3) Les pièces buccales de l’abeille ne lui permettent pas de perforer les fruits. Par contre, elle butine les fruits endommagés. J’ai eu plusieurs fois l’occasion d’analyser des miels de couleur “ rouge écarlate ” produits à partir de cerises ou de mûres. En Lorraine, il est courant d’observer des abeilles butinant la mirabelle après qu’elle ait été perforée par des guêpes. Dans les oasis, les abeilles font du “ miel de dattes ”…

(4) Dans les pays producteurs de canne à sucre, le phénomène est courant…

(5) Dans tous ces cas, les produits issus du butinage de l’abeille ne peuvent légalement avoir l’appellation “ miel ”.

(6) On pourrait même écrire à chaque heure du jour. Car la sécrétion nectarifère d’une espèce n’est pas la même tout au long de la journée. Les abeilles qui ont un sens du temps, apprennent vite ce qui limite les déplacements inutiles.

Ce site utilise les cookies pour faciliter la navigation. Aucun traçage à but commercial :-)