Imprimer

 

 

SNA
Avec l'aimable autorisation de la revue du SNA - Abonnez-vous à l'Abeille de France

essaimage 1

L'essaimage sous surveillance (2003)
Par Bruno Cartel

Si l'apiculteur pouvait changer l'un des comportements de nos abeilles domestiques, il choisirait probablement celui de l'essaimage. Bien sûr, ce mode de multiplication par division naturelle présente un avantage pour l'environnement : les abeilles se répandent ici et là et colonisent le territoire. Mais sur ce point, dans notre monde moderne fait d'échanges et de commerce, les apiculteurs s'en occupent eux-mêmes. L'objectif est donc déjà atteint et l'essaimage devient alors inutile à leurs yeux, voire pénalisant. Aussi, se lamentent-ils de voir leurs ruches essaimer avec, comme conséquence fatale, une baisse de production en miel. Mais puisque la nature a voulu que nos abeilles se multiplient ainsi et que nous n'y pouvons pas grand chose. Acceptons ce fait et comprenons le bien pour mieux l'anticiper. Ensemble, voyons comment cela se traduit dans la ruche essaimeuse. Quel est son devenir et enfin, suivons l'essaim, colonie future.

Facteurs favorisants l'essaimage
Ils sont certainement plus nombreux que ceux que nous citerons avec certaines interactions que nous connaissons et d'autres que nous ignorons. Dans une ruche qui se prépare à essaimer, nous observons ou constatons :

La souche - les préparatifs de l'essaimage
Dès que la colonie a pris la décision d'essaimer, nous pouvons constater, dans la ruche et sur la planche de vol, un certain nombre de signes, annonciateurs de l'événement..

Dans la ruche

Sur la planche de vol

La souche - l'essaimage
Le premier essaim sortant est appelé primaire

Il emmène avec lui la vieille reine. La souche devient temporairement orpheline, mais les naissances de jeunes reines ne vont pas tarder. Généralement, la première née s'empresse de tuer ses sœurs et devient reine à son tour. Il lui faudra attendre encore 5 à 6 jours pour qu'elle atteigne sa maturité sexuelle et pratique son vol nuptial. Un bon accouplement nécessite des conditions climatiques convenables : température supérieure à 20°, beau temps, éventuellement une légère couverture nuageuse, un vent n'excédant pas 30 km/h, et, plus souvent, une plage horaire entre 14 et 16 heures.

Si ces conditions ne sont pas réunies, l'essaimage est repoussé et devient de plus en plus problématique, voire impossible, passé le délai de 4 semaines. Dès que les conditions le permettent, la jeune reine vierge sort et se dirige instinctivement vers ''un bal d'abeilles'' qui n'est rien d'autre qu'un rassemblement de mâles sexuellement mûrs, âgés d'au moins 12 jours.

L'origine de ces rassemblements, leur renouvellement d'année en année, le fait que les mâles en connaissent l'existence, pose encore de nombreuses interrogations, mais le fait est que ces bals existent et que certains ont même été cartographiés.

Il ne faudra pas moins de 7 à 15 accouplements successifs pour permettre une fécondation réussie : les 5 à 6 millions de spermatozoïdes engrangés dans la spermathèque couvriront alors largement les besoins puisqu'une reine ne pondra qu'entre 1 et 2 millions d'œufs fécondés dans son existence.

On notera que ce mélange de semences masculines présente l'avantage d'éviter la consanguinité. Mais si d'aventure un mâle issu de la même lignée que la reine faisait partie du lot, après l'éclosion des œufs, les larves consanguines seraient reconnues et évacuées par les nourrices.

De retour à la ruche, la jeune reine fécondée se mettra bientôt à pondre et assurera ainsi la pérennité de la colonie souche. Mais il se peut que les choses ne se passent pas ainsi. La première reine née peut ne pas tuer, ou ne tuer qu'une partie de ses sœurs. Dans ce cas, l'essaimage se poursuit : un 2e essaim, appelé secondaire, sort avec au moins une reine vierge. Un 3e essaim, appelé tertiaire, peut également sortir, emmenant avec lui aussi au moins une reine vierge.

 essaimage 4     essaimage 6

Les essaims de plus en plus petits, de plus en plus fragiles, souvent volages, auront une destinée identique à celle de l'essaim primaire. Cependant, ils grèvent dangereusement les forces vives de la souche qui s'appauvrit d'ouvrières indispensables à l'entretien du couvain.

L'essaim
Un peu avant la naissance des jeunes reines, et par une journée douce, l'essaim sort de la ruche avec frénésie. Dans le ciel, les abeilles paraissent comme folles, volent dans tous les sens, mais on peut distinguer la direction générale qu'elles prennent. Qui dirige cet ensemble apparemment désorganisé ? La reine qui émet quelques phéromones ou les ouvrières qui libèrent les odeurs de leur glande de Nasanoff ? 

essaimage 10     essaimage 9

Celles-ci jouent certainement un rôle considérable car dès qu'une partie de l'essaim se pose, le regroupement général ne tarde pas, que la reine soit présente ou non dans l'essaim. En cas d'absence de celle-ci, après un court temps de repos et de calme, l'essaim se désagrège et retourne à la ruche-souche. Mais, dans la majorité des cas, la reine est présente, noyée dans la masse constituée, où certaines phéromones favorisent sa cohésion. Seules, quelques ouvrières, les exploratrices ou les éclaireuses, se détachent de l'essaim à la recherche d'un logis.

Si dans les régions privilégiées par le climat, les essaims échappés peuvent théoriquement subsister, en dehors du problème de la varroase, dans les régions aux hivers rigoureux, la survie d'un essaim semble quasi impossible. Nos protégées l'ignorent, malgré leur degré de leur évolution.

Mais revenons à notre essaim en attente d'un logement que ne lui offre pas l'apiculteur. A force de recherches, les exploratrices ''proposent'' quelques emplacements. On imagine une sorte de concertation, suivie d'une décision, et dans ce cas, l'essaim quitte son support pour investir l'abri choisi. Alors, les cirières bâtissent les rayons, les butineuses rentrent et stockent les premières provisions, nectar et pollen, et la reine ancienne fécondée ou la jeune récemment fécondée peut déposer ses premiers œufs, et la vie continue …

Recuperer un essaim
Ce n'est pas lorsque l'essaim est pondu qu'il faut, à la hâte, préparer de quoi le ramasser. C'est le matériel qui doit attendre l'essaim et non pas le contraire. De quoi aurons-nous besoin ? d'une ruchette (légère) de 6 à 7 cadres, dont l'un déjà construit possède si possible un reliquat de miel. Ensuite, et pour faire face aux diverses situations possibles, il est bon d'avoir dans sa caisse, hormis le matériel classique de l'apiculteur, un vieux drap, un cueille-essaim, un récipient d'un ou deux litres, une scie légère, un sécateur, de la ficelle, un crochet, une pince à reine …, la liste n'est pas exhaustive.

essaimage 2

Comment procéder ? chaque essaim à ramasser est un cas particulier. Nous nous bornerons donc à indiquer quelques règles générales. La ruchette est posée, sur le drap étendu, sous l'essaim ou au plus près. Le drap facilite le regroupement des abeilles notamment si le sol est recouvert d'herbe. L'objectif consiste alors à faire rentrer l'essaim soit par le trou de vol, soit par le dessus de la ruchette préalablement découverte. Le choix se fait sur place, en fonction de la situation et l'on doit se poser les questions suivantes :

 

Les situations sont tellement diverses que l'enruchage d'un essaim peut durer de 5 minutes à 5 heures mais la persévérance finit par payer. Généralement les essaims sont plus calmes le soir et acceptent plus volontiers de rentrer et de rester dans la ruchette qu'on leur présente. Au contraire, pendant les heures chaudes de la journée, ils se rebellent parfois et ressortent plus vite qu'ils ne sont rentrés !

Une fois enruchée, la ruchette est fermée et mise en place, soit au rucher, mais alors protégée du soleil, soit mise au frais en attendant son installation définitive. Ce n'est qu'à ce moment, le soir ou le matin de bonne heure, que le trou de vol est ouvert. Il se peut que l'essaim découvre une ruche vide, avec ses cadres, c'est encore mieux, et l'apiculteur n'a plus qu'à lui donner un peu de sirop en guise de bienvenue.    

Les jours suivants, nous devons, par sécurité, pratiquer un contrôle anti-varroase, avant l'operculation du jeune couvain, avec la méthode évaporation-contact et un acaricide (les varroas ne parasitent alors que les ouvrières).

La ponte démarre rapidement, 3 ou 4 jours après l'enruchage pour les reines déjà fécondées. Pour une reine vierge issue d'un essaim secondaire ou tertiaire, la ponte ne débutera pas avant 8 à 10 jours. Le temps que la reine atteigne sa maturité sexuelle et que sa fécondation ait lieu … et, comme pour l'essaim qui s'est échappé et qui s'est installé dans la nature, la vie continue.

Essaimage artificiel
L'apiculteur qui désire développer son cheptel compte parfois sur l'essaimage naturel. Il ferait mieux de pratiquer cette méthode d'essaimage artificiel, parmi tant d'autres, qui consiste à diviser une colonie prête à essaimer. L'avantage réside dans le fait que la colonie n'essaimera pas, et que les essaims artificiels qui en sont issus posséderont une reine de l'année. Avec une ruche de 10 cadres, il est possible de faire 2 nuclei de 3 cadres et un 3e de 4 cadres.

Mode opératoire
Les 3 ruchettes nécessaires à l'opération, préalablement nettoyées et munie d'une partition, sont disposées en éventail, à l'arrière de la ruche, selon le schéma ci-après. En premier lieu, celle-ci est orpheline et sa vieille reine est, soit supprimée, soit utilisée pour un remérage temporaire. Ensuite, on distribue équitablement les cadres de nourriture, les cadres de couvain avec cellules royales, et les abeilles dans chacune des 3 ruchettes.

Les cadres avec cellules royales demandent à être manipulées avec ''mains de sage-femme'' : les reines en formation sont fragiles. A noter que l'orphelinage peut être exécuté pendant l'opération. La partition permet de rétrécir le volume de chaque ruchette qui recevra un litre de sirop. Ensuite, la ruche vide est enlevée et vidée du reste de ses occupantes.

On veille maintenant à ce que le flot des butineuses se répartisse de façon égale en déplaçant plus ou moins latéralement les 2 ruchettes d'extrémité. Généralement, celle qui est placée au centre s'enrichit plus vite, étant dans l'axe originel du vol. on peut soit la reculer, soit effectuer un échange d'emplacement avec l'une des 2 autres ruchettes, celle qui paraît la plus pauvre en butineuses.

Après quelques heures, on arrive à l'équilibre. Au bout de quelques jours, les jeunes reines nées en ruchette effectuent leur vol de fécondation et ces 3 colonies commencent leur développement qu'il faudra surveiller, organiser, en ajoutant un cadre bâti ou non, au fur et à mesure des besoins et qui sera placé contre la partition préalablement décalée d'un cran.

Un nourrissement régulier doit permettre à ces colonies d'occuper entièrement les ruchettes avant l'automne, car elles doivent être prêtes à hiverner dans de bonnes conditions. Elles deviendront des colonies de production l'année suivante. L'essaimage artificiel présente dans ce cas des avantages et des inconvénients. Ils sont résumés dans le tableau ci-dessus.

Comme nous l'évoquions au début de cette page des jeunes, l'essaimage naturel est à combattre en mars et avril, périodes de fort développement, par une meilleure conduite des colonies. En ce beau mois de mai, il devient difficile de couper la ''fièvre d'essaimage'' là où elle s'est installée. Par conséquent, il ne reste qu'à surveiller quotidiennement le rucher, éventuellement à pratiquer un essaimage artificiel et à ramasser les essaims pendus parfois dans des endroits impossibles à atteindre. Je m'y consacre aussi, avec un plaisir toujours renouvelé, même si j'ai choisi de combattre ce comportement de nos abeilles qui de toutes façons n'en font qu'à leur tête !
Bruno Cartel

Crédit photos : Duvaut, Drezen, V. Chong Wing, Mayer, Calcagno, Suchaud, Samarut

 

 

 

 

Ce site utilise les cookies pour faciliter la navigation. Aucun traçage à but commercial :-)