Imprimer

 

SNA
Avec l'aimable autorisation de la revue du SNA - Abonnez-vous à l'Abeille de France

conclusions CST fipronil 1

Fipronil utilisé en enrobage de semences Regent TS ®, et trouble des abeilles
Conclusion du Comité Scientifique et Technique
Rédigé par Marie-Pierre Halm

Retour sur une réunion de grande importance…
Une convocation parvenue quelques semaines plus tôt nous invite à partager les travaux du Comité Scientifique et Technique de l’Etude Multifactorielle des Troubles des Abeilles le 21 décembre à la D.G.A.L., travaux au cours desquels nous est présenté le deuxième rapport « Fipronil utilisé en enrobage de semences (Régent TS ®) et troubles des abeilles ».

Ce rapport rédigé par Madame Marie-Pierre HALM du Centre d’Etudes et de Recherche sur le Médicament de Normandie est en fait un travail d’équipe que le Président et le Vice-président vont plusieurs heures durant nous commenter et nous expliquer. Les questions des représentants de la filière apicole ne seront pas éludées et la réunion se terminera par l’autorisation de porter à la connaissance des apiculteurs le résumé et surtout sa conclusion qui d’une certaine façon confirme les inquiétudes des apiculteurs. N’oublions pas que cette année encore, nous avons observé des phénomènes de dépopulation et de mortalité dès l’apparition de la floraison de tournesols traités. Les faits sont avérés et nous avons beaucoup de mal à les faire accepter. Il serait vain de penser que ces mêmes constatations n’aient pas été faites déjà lors de la mise au point de cette méthode de traitement des semences.

Nous avons appris également que ce rapport comme le précédent et nous espérons le suivant, figureront dans le dossier remis à l’autorité européenne pour le renouvellement de l’autorisation d’utiliser certaines matières actives dont celle-ci. Pour mémoire, nous rappelons que le dossier « Imidaclopride » sera lui présenté également à la Commission européenne, mais cette fois-ci, ce sera l’Etat Allemand qui centralisera toutes les données recueillies en Europe…

Résumé
Face à la controverse soulevée par l’utilisation du Régent TS®, le groupe de travail s’est principalement attaché à étudier l’implication de cet insecticide dans les troubles des abeilles observés par les apiculteurs. Ce rapport fait un bilan de l’état actuel des connaissances sur les risques liés à l’utilisation du fipronil comme traitement de semences sur tournesol et maïs pour les abeilles. Il présente les conclusions du sous-groupe métrologie qui ont été validées par l’ensemble des membres du CST. La rédaction suit le plan classique d’une évaluation de risques pour l’environnement, en distinguant l’analyse de l’exposition de celle des effets.


Première partie : fipronil et métabolites
Liste des rapports et publications recensés sur les troubles des abeilles.

Dans ce paragraphe sont présentés les documents concernant les données d’expositions et de toxicité, à la base de l’analyse bibliographique :
41 rapports d’études ou documents associés fournis par la Direction Générale de l’Alimentation.

Les principales caractéristiques physico-chimiques, toxicologiques, environnementales du fipronil sont reprises dans ce chapitre.

Ce paragraphe est dévolu à l’analyse des données d’exposition, dosages dans le pollen, le nectar, le miel, puis à la validation de ces données. Elles sont extraites de quinze études issues de laboratoires français et européens, publics et privés.

La validation des données permet de conclure que les niveaux de résidus de fipronil contenus dans les pollens de fleurs de tournesol dont les semences ont été traitées Régent TS® se situent en moyenne à 0,06 ppb, ceux contenus dans les pollens de trappes de ruches sur zone tournesol varient de 0,07 à 0,75 ppb selon le pourcentage de pollen de tournesol. En ce qui concerne les dosages dans le pollen de maïs, les données validées montrent des teneurs moyennes en fipronil de 0,1 et 0,31 ppb pour les pollens de fleurs et de trappe respectivement. Compte tenu des modifications d’activité de la colonie que peuvent entraîner la pose de trappe à pollen, seuls les dosages de fipronil obtenus à partir de pollen fleurs sont retenus comme représentatifs des quantités de fipronil rentrant dans la colonie. Néanmoins, sans que l’on puisse expliquer pourquoi, les résultats des dosages de fipronil dans les pollens de trappe sont supérieurs à ceux obtenus pour les pollens de fleurs, ce qui nous a sans doute conduit à une sous estimation de l’exposition. La valeur de 0,06 ppb est donc retenue pour les scénarios d’exposition et l’évaluation des risques liés à l’utilisation de du fipronil en enrobage de semences tournesol, celle de 0,1 ppb est retenue pour les risques liés à l’utilisation du fipronil en enrobage de semences maïs.

Les rares données disponibles et validées ne nous permettent pas, à l’heure actuelle, de donner une estimation de la quantité de fipronil présente dans le nectar de tournesol traité Régent TS®.

Les rares données disponibles et validées ne nous permettent pas, à l’heure actuelle, de donner une estimation de la quantité de fipronil présente dans le miel de tournesol traité Régent TS®. Lorsque les ruches sont placées dans un environnement naturel varié, le miel issu de miellées diverses ne contient pas de résidus de fipronil. Cependant il peut s’agir d’un phénomène de dilution.

Ce chapitre est consacré à l’analyse des effets du fipronil sur les abeilles avec l’étude des résultats issus des essais de toxicités aiguë, chronique et sublétale. Les résultats disponibles sont ensuite validés ou invalidés par le CST.

Les résultats présentés en toxicité aiguë par voie orale (2 études) pour le fipronil proviennent de protocoles expérimentaux standardisés et donnent des résultats convergents avec des DL50 allant de 4,17 ng à 10 ng de fipronil par abeille. Toutes les études disponibles sont validées. En ce qui concerne les résultats de la toxicité aiguë par voie topique, on obtient une valeur de DL50 de 5,93 ng de fipronil par abeille. Aucune donnée de toxicité aiguë concernant les métabolites du fipronil n’est disponible.

Les études portant sur la toxicité chronique du fipronil ont été réalisées en laboratoire ou sous tunnels. En laboratoire, l’étude validée conduit à une NOEC o8pg/ab. Seules 2 études d’intoxication par administration réitérée de fipronil par voie orale réalisées sous tunnels ont été validées. Elles ne montrent pas de différence significative quant à la mortalité des abeilles sur zone traitée Régent TS® par rapport au témoin.

Quelques études se sont intéressées aux effets sublétaux. Elles sont très diverses et hétérogènes. Elles ont étudiés les effets sublétaux en laboratoire, sous tunnel ou en plein champ. En laboratoire, les données de toxicité orale n’ont pu être évaluée en l’absence de protocoles disponibles. Les études validées sous tunnels donnent, suite à des intoxications engendrées par la seule présence de tournesol traité Régent TS®, des résultats contradictoires : soit aucun effet significatif observé entre les témoins et les abeilles sur zone traitée Régent TS® soit une augmentation des troubles comportementaux (pendant la floraison du tournesol traité Régent TS®. Quoiqu’il en soit, aucune de ces études ne nous permet de donner une valeur de toxicité de fipronil pour les abeilles.

Aucune étude en plein champ n’a pu être validée dans le cadre de l’effet du fipronil seul sur les troubles des abeilles et ceci en raison, le plus souvent, des possibilités de butinage d’autres cultures, traitées ou non Régent TS® voire Gaucho®. Ces études seront à nouveau expertisées dans le cadre d’effets synergiques des différentes molécules sur les troubles des abeilles.

Deuxième partie : évaluation des risques

Nous avons proposé cinq scénarios correspondant aux différents modes d’intoxication possibles (intoxication orale ou topique) des différentes stades de la vie de l’abeille (larves, nourrices, butineuses) par le pollen (scénarios 1, 2, 3), le nectar ou le miel (scénarios 3, 4 et 5), soit à la suite d’une consommation immédiate, soit à la suite d’une consommation différée. Ces scénarios sont identiques à ceux présentés par le CST dans son précédent rapport concernant l’imidaclopride.

L’évaluation des risques consiste à comparer une concentration prédite d’exposition, communément appelée : ”PEC” (Predicted Environmental Concentration) à une concentration prévue sans effets pour les organismes de l’environnement, encore appelée ”PNEC” (predicted No Effect Concentration). Un risque est alors mis en évidence quand la valeur estimée de la PEC est supérieure à celle de la PNEC.

L’évaluation des risques pour les abeilles liés à l’utilisation du fipronil en enrobage de semences a également été réalisée selon l’approche « substances chimiques nouvelles et existantes », développée dans le cadre de la réglementation des substances chimiques nouvelles et existantes (Directive 67/548). L’approche phytosanitaire, développée dans le cadre de la réglementation des produits phytosanitaires (Directive 91/414), ne peut s’appliquer dans le cas d’enrobage de semences puisqu’elle est basée sur la notion de doses à l’hectare qui n’a pas de sens réel dans notre cas.

Evaluation de l’exposition (PEC) :

Evaluation des effets (PNEC)

La PNEC est évaluée à partir, soit des données d’intoxication aiguë dont nous disposons soit des données d’intoxication chronique, soit des données de toxicité sublétale en lui associant un facteur d’incertitude déterminé au cas par cas. Ce facteur prend en compte les incertitudes suivantes :

L’adaptation de l’approche « substances chimiques nouvelles et existantes » aux cas spécifiques représentés par l’exposition des abeilles selon les différentes données d’intoxications ont conduit aux estimations présentées dans le tableau ci-dessous :

Conclusions pour l’estimation du risque
L’évaluation des risques pour les abeilles présentés par l’enrobage Régent TS® de semences a été menée à partir des scénarios originaux développés dans le cas de l’étude enrobage imidaclopride précédemment réalisée par le CST. Dans l’état actuel des connaissances, et compte tenu des données actuellement disponibles seuls 2 scénarios ont pu permettre cette évaluation :

Les évaluations réalisées reposent sur les données de concentration en fipronil dans les pollens de fleur de tournesol et de panicule de maïs, validées par le CST (cf.8.2.2). Il est important de noter que ces concentrations dans les pollens de fleur ou de panicules sont inférieures à celles observées dans des pollens de trappe et ceci sans qu’il ne soit possible aujourd’hui d’apporter d’explication.

Compte tenu des justifications apportées dans le cas de l’étude imidaclopride précédemment réalisée par le CST (perturbation de l’activité de la colonie suite à la pose de trappe à pollen, pollen d’origine florale diverse) et en l’absence d’information complémentaire conduisant à une mise en cause de celle-ci, il a été décidé de baser les évaluations sur les teneurs dans les fleurs même si ces teneurs peuvent conduire à une sous-estimation de l’exposition des abeilles. De plus, I’évaluation a été menée sur la base de l’exposition à la matrice active fipronil, or certains de ses métabolites (desulfinyl, sulfone, sulfoxide amide et sulfide) présentent une toxicité chronique comparable à celle de la molécule mère. Une sous-estimation de l’exposition est ici encore possible.

Enfin, il est important de rappeler que dans le cas spécifique de cette spécialité (Regent TS®) des observations de terrain (expérimentations et accidents) ont mis en évidence les effets néfastes des poussières émises lors des semis. Ces effets n’ont pas été pris en compte dans l’évaluation et des scénarios reflétant ce type d’exposition n’ont pu être à ce jour développés.

En conclusion, en l’état actuel de nos connaissances, selon les deux scénarios développés pour évaluer, I’exposition et en appliquant les facteurs d’incertitude choisis pour évaluer les dangers, les rapports PEC/PNEC obtenus sont préoccupants.

Afin d’affiner ce rapport PEC/PNEC, il est absolument nécessaire, d’acquérir rapidement des connaissances supplémentaires concernant la toxicité chronique du fipronil et de ses métabolites vis-à-vis des abeilles de différents âges ainsi que des données de dosages de résidus de fipronil et de ces métabolites dans les différentes matrices visitées par les abeilles et en particulier dans le nectar. De nouveaux résultats d’études réalisées par BASF sont promis en avril 2005.

La conclusion ci-dessus sera donc infirmée ou confirmée. A la lumière de ces éléments, un nouveau rapport complémentaire sera rendu fin juin 2005

 

Ce site utilise les cookies pour faciliter la navigation. Aucun traçage à but commercial :-)