Le pas à pas : les pièges à essaims (2004)
Jean-Maurice Cantin

avec l'aimable autorisation de la revue
Abeilles et Fleurs

Introduction
Le manque de temps, dû au nombre de ruches et de ruchers ou à une pluriactivité, ne permet pas toujours de passer régulièrement dans les ruchers au moment de l’essaimage. Les ruchettes ou ruches pièges limitent les pertes d’essaims en offrant des logements disponibles et attractifs à nos abeilles.

.

Etape 1
Vous prenez une ruche ou une ruchette ayant déjà servi. Le passage à la lampe à souder présente deux avantages : la désinfection et l’exhalation des odeurs de cire et de propolis.

Si vous ne possédez que du matériel neuf, vous pouvez faire fondre un peu de propolis à l’intérieur

 

Etape 2
L’ennemi des cadres laissés sans population est la fausse teigne.Une pulvérisation à base de Bacillus thuringiensis, même si elle n’est pas indispensable, protégera les cadres pendant plusieurs mois.

Vous trouverez ce produit chez votre revendeur habituel.

Etape 3
Mettez de l’attire-essaim sur les parois de la ruchette et sur les cadres.Vous le renouvellerez, régulièrement.

Etape 4
Alternez les cadres de cire gaufrée et les cadres construits.C’est une bonne protection contre la fausse teigne.

Les cadres construits attirent les abeilles et les cadres de cire gaufrée permettent aux cirières de se mettre immédiatement à l’ouvrage tout en installant la colonie sur un certain nombre de cadres neufs.

Etape 5
Le piège est disposé à l’emplacement que vous avez choisi.

A faire
Disposer plusieurs pièges dans un même rucher à des emplacements différents :

  • Hauteur par rapport au sol.
  • Orientation.
  • Ensoleillement
  • Ombre...Laisser le choix aux abeilles.

Astuce
Dès qu’un piège est occupé, enlevez-le et remplacez-le immédiatement par un piège vide. C’est un emplacement qui convient aux essaims en recherche de logement

A éviter

  • Mettre le piège parmi les ruches de production qui risquent d’essaimer. Un essaim s’installera d’autant mieux que l’emplacement est éloigné de la colonie qui l’a produit.
  • Ignorer l’origine et l’utilisation précédente des cadres construits. Si les vieux cadres ayant contenu un grand nombre de générations d’ouvrières peuvent êtres plus attractifs, ce sont aussi ceux qui peuvent contenir le plus de germes de maladies.