Imprimer

La ruche kényane
par Gilles Fert
Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica

avec l'aimable autorisation de la revue
Abeilles et Fleurs

Pourquoi faire compliqué ? Simple et économique, telle est la ruche kényane qui s’avère intéressante pour une apiculture sédentaire de loisirs. Cette ruche géniale est de plus en plus utilisée à travers le monde par les auto-consommateurs des pays industrialisés comme dans les projets de développement apicole à travers le monde : pas besoin de cire gaufrée ou de fil, de dimensions très précises et réalisable par tout bon bricoleur. La ruche kényane (KTBH) a été développée à partir de 1971 dans le pays dont elle porte le nom par le Canadien Dr Maurice V. Smith. Elle a permis à plusieurs ONG de vulgariser l’apiculture en travaillant uniquement avec les matériaux locaux. Elle peut recevoir des hausses à cadres et permettre ainsi la transition vers une apiculture traditionnelle (avec des ruches à cadres ordinaires) ?

Etape n°1

Tout le monde peut fabriquer le corps de sa ruche kényane à partir d’une palette de récupération par exemple. Un arrache-clou, un marteau, une scie et un mètre suffisent comme outillage pour réaliser une ruche.

La formule la plus simple consiste à respecter seulement la largeur des barrettes supérieures (35 mm pour les abeilles européennes), ainsi qu’un angle de 30 à 40° par rapport à la verticale pour les côtés.

Vous pouvez prévoir 25 à 30 barrettes de dessus. L’épaisseur du bois dépend de la région et du climat où seront placées les ruches.

Elle est en général de 19 à 27 mm. Si vous disposez de grillage métallique, la moitié du fond de ruche peut en être équipée.

Etape n°2

Excepté pour la largeur des barrettes, les dimensions de cette ruche n’ont pas besoin d’être très précises.

Généralement, elles font 24 cm de hauteur pour 105 cm de longueur environ pour la version la plus simple.

Plus le climat est chaud et moins haute sera la ruche pour éviter que les cadres ne s’effondrent.

Si vous envisagez une évolution vers un modèle de ruche à cadres, inspirez-vous des dimensions intérieures de la ruche Dadant ou Langstroth.

Vous pourrez dans un premier temps y superposer des hausses à cadres, et ensuite transvaser les rayons dans les ruches sans difficultés.

Les trous d’entrée de 8 mm sont placés en bout de ruche, ce qui permet d’avoir le couvain au début et les réserves de miel vers le fond de la ruche

 

Etape n°3

Il est important de donner aux abeilles une base de départ claire pour construire les rayons bien parallèles.

Les barrettes d’une largeur de 35 mm sont garnies d’une petite amorce de cire.

Si vous ne disposez pas de bandelettes de cire gaufrée, une simple amorce de cire, appliquée avec les doigts en triangle, fait l’affaire.

Ce type de ruche se travaille sans grille à reine, sauf si vous superposez une hausse à cadres.

Etape n°4

Certains apiculteurs ont observé un développement moins important des varroas dans ces ruches kényanes.

Les rayons de construction naturels ont des cellules plus petites que celles faites à partir des cires gaufrées placées dans les ruches à cadres par l’apiculteur.

Ce manque d’espace freinerait le développement des acariens.

Cette théorie n’est pas encore confirmée par des travaux scientifiques.

Etape n°5

A partir de cette ruche, vous pouvez très bien produire des reines et de la gelée royale.

Intercalez une partition au centre de laquelle une lumière garnie d’une petite portion de grille à reine divise la ruche en deux.

Vous venez de créer un finisseur horizontal. Ce compartiment orphelin peut recevoir une série de cellules deux heures après son peuplement.

            Etape n°6

La forme en V de cette ruche respecte mieux la forme de la grappe d’abeilles. De plus, les abeilles sont moins tentées de coller les rayons sur les côtés.

Le cadre dépourvu de fil est assez fragile surtout en période chaude mais rendu plus résistant par cette forme en V.

L’idée des parois inclinées n’est pas nouvelle.

On a retrouvé en Crête des ruches en poterie, aux côtés inclinés, datant d’avant notre ère.

Cette ruche se prête bien à la production de miel en rayon dont les qualités gustatives sont supérieures.


Précaution à prendre
Dans les régions où les termites ou autres parasites sévissent, suspendez la ruche par deux câbles fixés sur des piquets.

Pour en savoir plus
- Bernhard Clauss, Renate Clauss (1991) – Zambian beekeeping handbook, Zambia, Beekeeping Division of the Forest Dept., 1991
- Le Traité Rustica de l’Apiculture, 2002. Pages 340 à 346, techniques d’élevage.

Gilles Fert
    Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica