Imprimer

 FNOSAD

Avec l'aimable autorisation de la revue de la FNOSADAbonnez-vous à la Santé de l"Abeille

essaimage 1

L'essaimage : un comportement naturel que l'apiculteur doit maîtriser (2003)
Par Jean-Paul Faucon

 

Définition
À propos de l'essaimage, Maurice Maeterlinck écrivait : Et cependant, l'attrait (de l'essaimage) paraît irrésistible. C'est le délire du sacrifice, peut-être inconscient, ordonné par le Dieu, c¹est la fête du miel, la victoire de la race et de l'avenir, c¹est le seul jour de joie, d'oubli et de folie, c¹est i'unique dimanche des abeilles. C'est aussi, croirait-on, le seul jour où elles mangent à leur faim et connaissent pleinement la douceur du trésor qu'elles amassent...

Elles exultent, ne se possèdent plus. Elles qui ne font jamais un mouvement imprécis ou inutile, elles vont, elles viennent, sortent, rentrent, ressortent pour exciter leur soeurs, voir si la reine est prête, étourdir leur attente. Elles volent beaucoup plus haut que de coutume et font vibrer tout autour du rucher les feuillages des grands arbres. Elles n'ont plus ni craintes, ni soucis.

Description poétique d'un comportement naturel destiné à perpétuer l'espèce.

Dans le Grand Larousse, on trouve : Chez les insectes sociaux, abandon de la colonie surpeuplée par un groupe d'individus, qui vont ensemble fonder une nouvelle société.

 essaimage 2    

Il est dit souvent que c'est la reine qui sort de la ruche et qui conduit une partie de la population vers le lieu d'établissement d'une nouvelle colonie. En fait il semble bien que la reine suive le mouvement des abeilles et en particulier celui des abeilles éclaireuses qui ont déjà repéré un nouveau lieu.

Si l'essaimage permet la multiplication des colonies, pour l'éleveur, l'essaimage est une perte d'abeilles et de récolte. Au mieux l'apiculteur se retrouve avec deux colonies de force moyenne (s'il a réussi à récupérer l'essaim).

L'essaimage se produit le plus souvent au printemps, plus ou moins tôt en fonction de l'altitude et de l'état des floraisons.

Raisons de l'essaimage
Bien que des facteurs génétiques interviennent (des souches sont plus essaimeuses que d'autres et l'apiculteur a intérêt à ne pas les développer), des facteurs propres à l'environnement de la colonie et à la colonie elle-même entrent en jeu.

Parmi ceux-ci, on peut citer :

Reconnaître les préparatifs de l'essaimage

Bien sûr, la colonie est forte, populeuse, la miellée est en cours.La cire blanchit, les abeilles sécrétant de la cire nouvelle.

 essaimage 3  essaimage 8  

Une colonie qui prépare l'essaimage est riche en couvain de mâles et en faux bourdons adultes.

Des ébauches de cellules royales apparaissent. Celles-ci sont encore vides (sans oeuf  ni larve). Elles sont généralement situées au bas des cadres, sur le côté, aux endroits qui vont permettre d'étendre la construction des cellules vers le bas. Le stade suivant est la présence d'oeufs et/ou de larves dans les cellules.

essaimage 4  essaimage 9 

Au dernier stade, les cellules sont operculées. à ce moment, l'essaimage est proche.Attention : il faut faire la différence avec une supersédure qui est un changement de reine par les abeilles elles-mêmes (sans départ de la population) et l'essaimage. 

   

Comment arrêter l'essaimage ?

Pour arrêter l'essaimage, il est nécessaire d'intervenir très tôt lorsque les ébauches de cellules royales commencent à apparaître.

Ces premières ébauches doivent être détruites. Le nid à couvain doit être agrandi.

C'est le moment opportun pour apporter 1 ou 2 cadres de cire gaufrée afin de renouveler les bâtisses du corps de ruche.

 

 Dans les jours qui suivent, la surveillance des colonies doit être accrue : ne pas avoir peur de réaliser une nouvelle visite (moins d¹une semaine plus tard) afin de vérifier si les manipulations effectuées ont porté leur fruits.

À un stade plus avancé, les cellules royales non operculées et operculées doivent aussi être détruites. Mais attention à ne pas en oublier une seule. À ce stade les risques d'essaimage restent importants.
Jean-Paul Faucon