Imprimer

Avec l'aimable autorisation de la revue Abeilles et Fleurs

Rénovation des cadres (2003)
Joseph Rouquette

Tout apiculteur digne de ce nom renouvelle d'une façon plus ou moins systématique les cadres de corps de ruches. Avec le modèle Dadant, il n'y a guère que la possibilité de couper ces brèches noires. Celles-ci seront fondues ou vendues à un cirier. L'industrie des parfums en retire aussi des huiles essentielles, cela représente un débouché limité. Sur les exploitations en Langstroth, une sélection peut s'effectuer ; les plus noirs sont aussi coupés, les autres peuvent être recyclés comme cadres de hausses, surtout si on exploite avec grilles à reines car la paroi centrale du cadre est plus résistante aux chocs des manipulations des transports et de l'extraction. La brèche peut être séparée du bois, soit avec une scie sauteuse, en montant un petit chantier avec des hausses vides à bonne portée de travail ; quelques liteaux cloués sur la hausse supérieure fixeront le cadre de façon que les brèches tombent seules. On peut utiliser aussi un hachoir de charcutier ou un gros couteau.

Les cadres dépouillés de leur brèche iront dans un bain d'eau très bouillonnant où l'on aura ajouté de la lessive de soude 30,5 % (hydroxyde de sodium solution) à une proportion voisinant 10 litres pour 100 litres d'eau. Cette lessive se trouve très couramment dans notre région car elle est utilisée pour préparer les olives vertes à confire, c'est un très ancien procédé. Les apiculteurs ayant chaque année un grand nombre de cadres à recycler doivent s'équiper d'une cuve en tôle noire forte ayant les dimensions nécessaires pour pouvoir entrer facilement son modèle de cadres, avec une réserve de hauteur pour éviter à certains moments le débordement de l'eau en ébullition. L'eau est chauffée avec du bois, notamment bois de récupération de l'exploitation, exemple : palettes, vieilles ruches, fond, couvre-cadres qui ne méritent plus une réparation.

renovation cadres 1
Addition de la soude


Vue du chantier : l'eau est en ébullition, les paniers
de cadres vont être trempés à tour de rôle

Avec de la cornière de 25 x 25, on fabrique un cadre avec pieds (voir croquis modèle Langstroth pour 25 cadres Hoffmann). Une tige de fer retenue par des anneaux afin que les cadres ne flottent pas. Deux poignées bien surélevées sont soudées au cadre, s'équiper de gants de bonne qualité. Si le foyer est bien alimenté, une ou deux minutes suffiront pour que les cadres soient remis à neuf. Avec un jet d'eau, rincer afin d'obtenir l'eau claire. Il est bon d'avoir plusieurs cadres métalliques pour faire, durant le rinçage, un roulement.

Sortie des cadres.


Rinçage au jet d'eau.

On peut aussi faire des paquets de cadres en les croisant et ficelant solidement avec du fil de fer, placer un poids dessus, les retirer du bain avec un crochet. Il faut aussi compenser l'évaporation en rajoutant de l'eau et un peu de soude en fin de journée, car la cire et la propolis se sont accumulées et l'efficacité diminue. Parfois on doit prolonger la durée du bain. Avec le modèle du croquis, si l'on est bien organisé, 7 000 à 9 000 cadres par jour sont très possibles à rénover. Après un moment d'égouttage, les cadres se sécheront dans les hausses. Trous des fils et rainures sont bien dégagés. J'ai connu une période où le bois était très bon marché, cette opération n'était pas justifiée, quoique le montage des cadres demandait beaucoup de temps.


Egouttage des cadres : l'évaporation de l'eau
terminée, 
le bois devient plus clair

C
Cadre qui reçoit 25 cadres Hoffmann (pour les cadres

collés pas de problème, la colle n'est pas dissoute)