Imprimer

Le pas à pas : réparation de fortune sur une ruche peuplée pendant l’hivernage (2003)
Jean-Maurice Cantin

avec l'aimable autorisation de la revue

Abeilles et Fleurs

Introduction
Pendant l’hivernage, lors des promenades de surveillance ou lors des travaux d’entretien et d’aménagement des emplacements de ruchers, vous pouvez trouver des ruches endommagées. Soit vous n’avez pas eu le temps de les transvaser avant la mauvaise saison, soit piverts, blaireaux ou martres profitent des zones de faiblesses dans le bois des ruches pour essayer de se nourrir du contenu. En cette saison, l’heure n’est plus au transvasement.

Etape 1
Un « rapiéçage » d'un trou de pivert dans l’évidement d’une poignée. s’impose pour permettre aux occupantes de la ruche de terminer la période hivernale à l’abri des intrus.

Etape 2
Les pièces qui seront rapportées sur les ruches sont préparées à l’atelier

Etape 3
Le 
perçage d’un avant-trou à la pointe carrée.

Découpées dans de la tôle de récupération, elles sont percées dans les angles et sur les bords.

Le diamètre des trous est un peu plus grand que le diamètre des vis (3,5 mm pour 3 mm par exemple).

Etape 4
Arrivé au rucher, vous cherchez à utiliser la pièce qui convient la mieux.

Vous pouvez éventuellement la diminuer avec la cisaille.

La pointe carrée vous permet de faire les avant-trous, mais aussi de tester la solidité du bois où vous allez visser.

Etape 5
N’hésitez pas à mettre des pièces plus grandes pour visser dans les parties solides du bois.

Etape 6
Si le trou est sur une arête de la ruche vous pliez la pièce de tôle à l’équerre.

Avec du matériel électroportatif, tout peut être préparer sur place, au rucher.

La colonie est en hivernage : « ne pas déranger ».


A ne pas faire
Si vous utilisez du matériel électroportatif au rucher, ne vous en servez pas à proximité des ruches.

En hiver, pointes et marteau sont proscris des interventions sur les ruches peuplées.

Informations complémentaires
Le « rapiéçage » effectué, vous devez attendre le printemps pour faire un transvasement dans une ruche dont le bois est sain.

La ruche endommagée et vide sera ramenée à l’atelier pour un entretien plus sérieux si le bois le permet ou détruite si elle est en fin de course.

En attendant les jours meilleurs, espérons que cette réparation de fortune dissuadera les intrus et assurera la tranquillité indispensable à un bon hivernage.