Imprimer

Le pas à pas : évaluation de la population de varroas (2010)
Gilles Fert

avec l'aimable autorisation de la revue
Abeilles et Fleurs

Introduction
Depuis une trentaine d’années, le contrôle des varroas est le problème sanitaire le plus difficile à gérer pour les apiculteurs européens. Malgré les traitements d’automne ou d’hiver en période sans couvain, il arrive que Varroa se développe en cours de saison et compromette les dernières miellées. Certaines pratiques permettent d’estimer le taux d’infestation en cours de saison. Suite au diagnostic et dans l’attente du premier traitement d’automne, un traitement flash peut s’imposer afin de délester un pourcentage de varroas. Ce sondage permet également de contrôler l’éfficacité d’un traitement quelques jours après celui-ci.

Etape 1
N’attendez pas de voir des abeilles aux ailes déformées courir sur les cadres ou ramper dans le rucher.

Traitez avant qu’il ne soit trop tard.

Comment savoir si le taux d’infestation est trop élevé pour attendre les traitements de fin de saison ?

Voici quelques méthodes simples d’évaluation de la population de varroas.

Etape 2
On sait depuis plusieurs années que le plancher totalement grillagé, appelé « plancher sanitaire », élimine un pourcentage de varroas non négligeable.

Lorsqu’il est équipé de glissières permettant de placer une plaque métallique graissée (ou un lange), il permet également un comptage efficace des varroas morts naturellement en 24 heures.

Au-delà de 3 varroas morts en 24 heures pendant la saison, on considère qu’il faut traiter.

Ce plancher sanitaire peut très bien rester ouvert toute la saison dans la plupart des régions.

Etape 3
Une méthode simple (mais un peu plus brutale) consiste à sortir une centaine de nymphes de mâles à l’aide d’une herse à désoperculer.

Là encore, sur le blanc des larves ou des nymphes, vous distinguerez facilement les petites tâches marrons que représentent les varroas.

Le traitement s’impose dès que 50 % des nymphes de mâles sont parasitées.

Etape 4
La méthode dite du sucre glace est la plus pratiquée.

Introduisez 300 abeilles (environ 45 g) dans un bocal contenant 15 g de sucre glace.

Ces abeilles sont prélevées sur un cadre de couvain ouvert après avoir contrôlé l’absence de la reine.

Equipez le couvercle du bocal avec une partie grillagée de 3 mm.

Roulez le bocal sur lui même pendant 1 à 2 minutes.

Etape 5
La ruche est renversée sans dessus-dessous (cette manipulation est importante car les jeunes abeilles et surtout la reine, quittent le couvain sans passer dessus les provisions de miel qui peuvent être un obstacle à leur déplacement). 

Le toit renversé évite le contact des cadres et des abeilles avec la pelouse ; le tasseau s’appuie sur les rebords ce qui aménage un espace pour enfumer.

Etape 6
Le sucre glace a pour but d’enduire les pattes des varroas qui ne peuvent plus s’accrocher aux abeilles.

Une fois les varroas « phorétiques » détachés des abeilles, vous pouvez libérer les abeilles qui s’empresseront de se nettoyer mutuellement.

Attention
En plus d’affaiblir la colonie et de diminuer le taux de protéines dans l’organisme des abeilles, les varroas véhiculent une quantité importante de virus. Une forte infestation de varroas peut entraîner des naissances d’abeilles aux ailes atrophiées provoquées par un virus.

Conseil
Le nombre de colonies à tester dépend de la taille de votre rucher. Testez 50 % des ruches pour un rucher de moins de 10 ruches, au-delà environ 10 % suffiront.

Le saviez-vous ?
Ce test au sucre glace se pratique pendant la saison apicole deux à trois fois à 7 jours d’intervalles. Les varroas adultes passent 6 à 10 jours dans le couvain pour se développer. Ils sortiront avec les abeilles naissantes.

Pour en savoir plus

  • Lee K.-V. and all. – « Practical sampling plans for Varroa destructor in Apis mellifera colonies », Journal of Economic Entomology, 103 (4), 2010.
  • Guide des bonnes pratiques apicole, ITSAP, 2014