Imprimer

Le pas à pas : le nourrissement spéculatif (2006)
Jean-Maurice Cantin

avec l'aimable autorisation de la revue
Abeilles et Fleurs

Introduction
En économie, quand on spécule on dépense de l’argent, du temps et de l’énergie dans le but d’obtenir, à plus ou moins long terme, un bien dont la valeur est supérieure à la dépense initiale. En apiculture, le nourrissement spéculatif vous fait dépenser de l’argent (achat de sucre, de sirop), du temps et de l’énergie (fabrication, distribution) dans le but de stimuler la colonie pour obtenir plus vite un grand nombre d’abeilles. Ce nombre plus important d’abeilles doit vous permettre de faire une récolte plus abondante ou d’obtenir des populations pour faire de l’élevage.

Etape 1
Le matériel présenté ici ne permet de travailler que des petites quantités de sirop.

Pour ceux qui travaillent sur un grand nombre de ruches, les solutions sont autres et ils ont dû prévoir d’autres moyens avant d’avoir un cheptel aussi important.

Un seau, de préférence gradué, un bol gradué mais dont l’anse est ouverte en bas pour pouvoir le suspendre à l’intérieur du seau. Du sucre cristallisé. Une spatule pour brasser.

Etape 2
Un sirop spéculatif contient 50 % de matière sèche (sucre) et 50 % d’eau (50/50 ou 1/1) soit 1 kg de sucre pour 1 litre d’eau.

Vous pouvez peser le sucre.

Mais si vous n’êtes pas à quelques « pour cent » près, il y a une astuce : la masse volumique du sucre cristallisé et de l’eau sont sensiblement les mêmes (suivant la manière dont vous tassez le sucre !). Tout peut être mesuré en volume : 1 litre de sucre pour 1 litre d’eau.

Etape 3
Le sucre est versé en pluie dans l’eau, pendant que l’ensemble est brassé avec la spatule.

Plus l’eau est chaude (50 °C) plus la dissolution est rapide.

Etape 4
La dissolution est complète quand le mélange d’abord opaque devient translucide et qu’il n’y a pas de dépôts au fond du seau.

Etape 5
Le transport est effectué dans le seau, si vous avez préparé le sirop à proximité du rucher.

Pour des quantités et des déplacements plus importants, des bidons ou une citerne réservés à cet effet sont utilisés.

Pour les déplacements de ruche en ruche, le bol gradué est placé à l’intérieur du seau, suspendu par sa poignée.

Etape 6
Le transport est effectué dans le seau, si vous avez préparé le sirop à proximité du rucher.Pour des quantités et des déplacements plus importants, des bidons ou une citerne réservés à cet effet sont utilisés.

Pour les déplacements de ruche en ruche, le bol gradué est placé à l’intérieur du seau, suspendu par sa poignée.

Etape 7
Le transport est effectué dans le seau, si vous avez préparé le sirop à proximité du rucher.Pour des quantités et des déplacements plus importants, des bidons ou une citerne réservés à cet effet sont utilisés.

Pour les déplacements de ruche en ruche, le bol gradué est placé à l’intérieur du seau, suspendu par sa poignée.

A faire
Remplacer le sucre cristallisé par du sirop de nourrissement pour abeilles.Généralement il contient 75 % de matière sèche et 25 % d’eau pour une densité de 1,4/l. Un sirop spéculatif contient 50 % de matière sèche et 50 % d’eau afin de favoriser la trophallaxie (50/50 ou 1/1).Donc dans un litre de sirop que vous avez acheté, il y a 1,05 kg de matière sèche et 0,35 kg d’eau (ou 0,35 l).Vous rajoutez 0,70 l (0,7 kg) d’eau à 1 l de sirop acheté et vous obtenez un sirop qui contient 1,05 kg de matière sèche pour 1,05 kg d’eau (50/50 ou 1/1).Le mélange se fait mieux à 50 °C. 

A ne pas faire
Nourrir juste pour avoir de belles ruches.

Explication : il faut au moins quarante jours pour faire une butineuse, vingt-deux ou vingt-trois pour faire une nourrice.Si vous n’avez pas prévu d’utilisation des abeilles, soit pour la récolte, soit pour de l’essaimage artificiel, vos abeilles ne vous attendront pas et essaimeront naturellement : vous perdrez et les abeilles et la récolte.

Information complémentaire
Le nourrissement spéculatif dope les abeilles en imitant une miellée. N’oubliez pas que, pour se développer harmonieusement, une colonie consomme aussi du pollen et qu’un simple sirop de sucre n’apporte ni les vitamines, ni les sels minéraux contenus dans le miel. Soit vous vous assurez que vos colonies possèdent assez de réserves en miel et pollen ainsi qu’un approvisionnement régulier, soit vous complémentez.