Imprimer

Le pas à pas : la production de cellules royales sans greffage
Gilles Fert
Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica

avec l'aimable autorisation de la revue
Abeilles et Fleurs

Pour venir en aide aux apiculteurs qui doivent chaque année repeupler de plus en plus de ruches mortes (20 à 30 % en France métropolitaine), l’élevage des reines devient une nécessité. La méthode d’élevage est accessible à tous. Seule la phase du transfert des larves « greffage » peut poser quelques problèmes pour ceux qui manquent de dextérité ou qui ont une mauvaise vue. On trouve dans le commerce différents accessoires facilitant la production des cellules royales, dont le fameux « cupularve », de fabrication Nicot. Même si peu d’éleveurs professionnels utilisent cet accessoire, pour un élevage ponctuel il peut rendre beaucoup de services. Après avoir sélectionné votre meilleure colonie, voici les étapes à suivre.

Etape 1
Quel que soit le modèle utilisé (Nicot, Jenter…), pour sa première utilisation il vous faut « familiariser » tout ce petit matériel afin d’enlever les odeurs artificielles de plastique.

Certains modèles sont déjà enduits de cire, auquel cas vous n’avez plus qu’à l’enduire de miel pour la première utilisation.

Si le matériel neuf n’est pas familiarisé, badigeonnez-le de cire liquide avant de le confier aux abeilles.

Avec l’abeille noire locale, il est même conseillé de pratiquer cette familiarisation avant chaque utilisation.

 

Etape 2
N’hésitez pas à retirer un cadre du corps de ruche pour créer un espace suffisant, sachant qu’il faut 10 mm par rapport au rayon voisin.

Ensuite, le plus difficile sera probablement de trouver la reine pour venir l’emprisonner sous la grille du « cupularve ».

Maintenez-la par les ailes, jamais par le thorax qui est la partie la plus fragile.

Notez précisément la date et l’heure d’introduction.

Etape 3
Si tout se passe comme prévu, quatre jours après l’introduction de la reine, vous observerez des jeunes larves au fond des cupules plastique, baignant sur un lit de gelée royale.

Suivant la race d’abeille que vous utilisez, la ponte est plus ou moins rapide.

Vous pouvez alors libérer la reine.

Etape 4
Calculez votre calendrier de travail afin de venir prélever ces cupules garnies de jeunes larves âgées de 6 à 24 heures.

Les cupules pleines se retirent par l’arrière du système.

Fixez délicatement ces cupules sur des barrettes d’élevage prévues à cet effet !

Etape 5
Introduisez cette barrette garnie de cupules pleines dans la partie orpheline du finisseur.

Pensez à nourrir ce finisseur au moins jusqu’à l’operculation des cellules, soit 5 jours.

Si la météo est défavorable, poursuivez le nourrissement avec du sirop, voire avec une pâte de protéines.

Etape 6
Dix jours après l’introduction en finisseur, voici vos cellules prêtes pour la distribution dans les essaims préalablement constitués la veille.

Par ailleurs, si vous souhaitez des reines vierges, placez les cellules protégées dans une couveuse artificielle réglée à 34 °C avec 75 % d’humidité minimum.Précaution
Même si les cupules ne sont pas garnies, libérez la reine après quatre jours d’emprisonnement. Au-delà, vous prenez le risque de voir la reine se faire éliminer par les ouvrières au moment de sa libération.

Précaution
Même si les cupules ne sont pas garnies, libérez la reine après quatre jours d’emprisonnement. Au-delà, vous prenez le risque de voir la reine se faire éliminer par les ouvrières au moment de sa libération.

Attention
Le lavage et la désinfection doivent se faire à une température inférieure à 65 °C pour éviter la déformation du plastique.

Astuce
Pour obtenir une ponte rapide, il est préférable de bien centrer le dispositif au milieu d’un cadre bâti.

Pour en savoir plus

  • « Préparation de la pâte protéinée », Abeilles et Fleurs n° 763, septembre 2014.
  • Le Traité Rustica de l’Apiculture, pages 340-346, 2004