Imprimer

Le pas à pas : cadres à mâles (2008)
Jean-Maurice Cantin

avec l'aimable autorisation de la revue
Abeilles et Fleurs

Vous pouvez être amené à réserver des cadres de corps à l’élevage de faux bourdons. Vous avez la possibilité d’en acheter chez votre cirier habituel. Il existe une autre méthode que nous allons voir ensemble dans les lignes et les clichés qui suivent.

Etape 1
Après toutes les précautions d’usage, vous ouvrez votre ruche. Un cadre est retiré. Le plus souvent, c’est un cadre de « rive ». Il se trouve contre le bois de la ruche, soit du côté droit, soit du côté gauche. C’est généralement un cadre de miel qui ne contient pas de couvain que vous risqueriez de refroidir. Vous le disposez de manière à éviter d’écraser des abeilles. Vous ne le déposez pas directement sur le sol : de la terre ou des brins d’herbes pourraient adhérer à la cire ou à la propolis.

Etape 2
Vous sortez les cadres les uns après les autres. Pour observer les œufs et les larves du couvain ouvert, vous vous placez le dos au soleil. La lumière pénètre jusqu’au fond des alvéoles.

Etape 3
Les œufs et les larves vous indiquent la présence de la reine, et l’étendue de la ponte sa vitalité.

Etape 4
Un couvain en mosaïque vous indique d’éventuels problèmes. Une recherche de symptômes de maladies du couvain devient systématique. En cas de doutes, vous pouvez vous faire aider par un apiculteur plus expérimenté ou par un spécialiste apicole. Souvent, des analyses sont nécessaires pour confirmer ce que les symptômes laissent supposer.

Etape 5
Test de viscosité de la larve dans une suspicion de loque américaine. Détruire la colonie ou faire un transvasement s’impose.

Etape 6
Larve momifiée par un champignon (mycose). Il faut prévoir le changement de la reine.

Information complémentaire
Pourquoi faire construire des cadres spécifiques en cellules de mâles ? Si vous faites beaucoup d’élevages de reines, il est évident qu’il faut beaucoup de mâles. Mais même pour un petit élevage il faut des faux bourdons de qualité qui ne soient pas à l’étroit dans des cellules d’ouvrières déformées pour accueillir des mâles.