Imprimer

 

 

SNA
Avec l'aimable autorisation de la revue du SNA - Abonnez-vous à l'Abeille de France

rendez vous 1

Un rendez-vous à ne pas manquer... (2004)
B. Cartel

S’il est une opération apicole fondamentale à exécuter dès le retour des beaux jours, c’est bien la visite de printemps, un rendez-vous à ne pas manquer. Outre le fait de reprendre contact avec ses abeilles, l’apiculteur profite de cette visite pour faire un état complet des lieux entre l’époque charnière de la difficile sortie d’hivernage et le moment de la reprise d’activité.

Jusqu’avant la visite, les seuls indices révélateurs de l’état de chacune des colonies étaient ceux décelables au trou de vol. S’ils donnaient déjà quelques bonnes indications à un œil averti, ils ne permettaient qu’une analyse subjective de l’état de la colonie observée.

L’ouverture de celle-ci, l’examen minutieux des abeilles et de chaque cadre permet maintenant un bilan objectif de la situation à l’instant T, tout comme le ferait une photographie. C’est à partir de cette photo virtuelle que seront prises tout de suite et plus tard un certain nombre de décisions qui contribueront à mettre chaque colonie en état de produire sur place. S’abstenir de la visite de printemps, c’est prendre le risque de perdre le contrôle du rucher et d’y voir s’installer quelques désordres contraires à une apiculture organisée. Certes, notre abeille n’a pas attendu l’homme pour s’implanter et se développer sur de multiples et différents territoires. Mais aujourd’hui, dans un environnement modifié, résisterait-elle aux nouvelles donnes de notre monde ? Si l’apiculteur ne prétend pas diriger ses abeilles, il peut et doit les aider dans leurs missions de pollinisatrices et de productrices de miel.

Objectifs de la visite
Le premier objectif consiste à vérifier la présence de la reine et de sa ponte (présence d’œufs, de larves et de couvain operculé d’ouvrières).

Dans le cas contraire, reine introuvable, absence de couvain d’ouvrières, ou présence uniquement de couvain de faux-bourdons, deux explications sont possibles :

Quelle que soit la cause d’absence de couvain d’ouvrières, la colonie n’a aucune chance de survie. La récupération de ces vieilles abeilles n’offre aucun intérêt économique. Tout au plus, elles peuvent être dispersées non loin du rucher, en souhaitant qu’elles trouvent refuge pour le peu de temps qu’il leur reste à vivre. Ensuite, nous nous appliquerons à :

Quand visiter ?
Il existe des règles générales applicables à chaque rucher en fonction de sa situation géographique. Comme dans notre pays, la plage climatique est très importante, la visite de printemps s’étale vraisemblablement sur plus d’un mois, selon l’état d’avancement de floraison des espèces locales. A la fin février, si les amandiers fleurissaient déjà dans le midi de la France, mes ruches étaient encore dans la neige, malgré l’étirement bien visible des chatons de quelques noisetiers. Dans ces conditions, mieux vaut ne pas donner de date de visite, mais plutôt parler de l’époque de fleurissement d’une essence particulière, comme par exemple celle du pissenlit. Cela dit, on attendra une belle journée dont on pense qu’elle en sera suivie d’autres, en se référant à notre météo nationale dont les prévisions sont de plus en plus sûres à court terme.

Le matériel de la visite
Tout ce qui est nécessaire à la visite doit être prêt et en bon état :

La visite
Chaque apiculteur possède sa propre façon d’opérer sur le cas particulier que représente chaque colonie. Aussi nous proposons à l’apiculteur débutant notre propre façon de faire appuyée par quelques schémas-types – avant/après visite. Ceux-ci pourront l’aider à organiser ses colonies en fonction des diverses situations classiques rencontrées : ruche forte, moyenne ou faible. Le jour J, on découvre la ruche et au premier coup d’œil, on localise la position de la grappe. La visite commence à l’opposé de celle-ci.

Après avoir retiré le premier cadre de rive, voire le suivant, on organisera la colonie selon sa force et selon l’un des trois couples de schémas proposés, en gardant à l’esprit les objectifs fixés précédemment et en les réalisant pour le mieux. Si ces schémas n’ont qu’une valeur théorique, ils fournissent néanmoins un bon support de travail. En fin de visite, après avoir remis le couvre-cadres, on reportera sur la fiche individuelle de la colonie ce qui a été vu et fait. Ces renseignements seront utilisés lors de la visite suivante. Par comparaison, on se rendra compte aussi de l’évolution ou de la non évolution de la colonie et de son devenir. A titre d’exemple, une colonie possédant deux cadres de couvain à mi-avril et trois à la mi-mai pose problème et devient une non valeur. Au contraire, une autre colonie possédant elle aussi 2 cadres de couvain à mi-avril et 6 à mi-mai s’est fort bien développée et sera en état de produire pendant la miellée de juin/juillet.

Equilibrages des colonies
Comme nous l’avons déjà dit, chaque colonie est un cas particulier dont le développement est différent. Il se peut que lors de la visite de printemps, nous observions quelques situations extrêmes. On peut être tenté d’égaliser ces colonies en prenant l’excédent de couvain d’une très forte colonie pour muscler sa voisine un peu faible. Dans ce cas, outre l’égalisation des forces, on peut penser limiter le risque d’essaimage de la plus forte. Ce type de manipulation peut fort bien se pratiquer, dans la mesure où l’état sanitaire du cheptel ne pose pas de problèmes. Dans le cas contraire, le brassage des cadres de couvain peut être le facteur de dissémination de maladie latente au moment de l’opération. C’est le contraire d’une bonne prophylaxie apicole qui préconise entre autres, de ne pas interchanger les cadres … méthode à ne pratiquer qu’en connaissance de cause et en se rappelant que de toutes les façons, deux colonies sont perturbées.

Nourrissement spéculatif
C’est un moyen de doper une colonie : l’apport régulier d’un peu de sirop 50/50 (moitié sucre/moitié eau), par exemple 1 verre tous les deux jours provoque une ponte spectaculaire dans la mesure où la reine est encore jeune. Cependant le terme de « spéculatif » peut trouver dans ce cas tout son sens premier. A vouloir forcer la nature, la colonie trop fortement sollicitée peut enclencher un processus d’essaimage difficile à contrarier. Mais puisque la méthode est pratiquée, il faut en parler ainsi que de ses avantages et inconvénients.

La grille à reines
Juste avant de poser la hausse, on peut déposer une grille à reines sur le corps de ruche. Son intérêt est de limiter les déplacements de la reine dans le corps de ruche, les ouvertures de la grille ne permettant le passage que des ouvrières dans les deux sens. La grille à reine présente elle aussi des avantages et inconvénients :

Inconvénients :

Avantages :

La pause des hausses
Avant même de la poser, chaque hausse doit être démontée et ses cadres examinés. Toute cire ayant contenu du couvain, que l’on reconnaît par la couleur sombre des alvéoles, est retirée du circuit et destinée à la fonte, tout comme celle contenant du pollen ancien souvent moisi. Comme pour le corps de ruche, une rotation des cires sur 4/5 ans favorise une bonne hygiène de la colonie.

Quand poser la hausse ?
Au cas par cas, dès que les abeilles occupent les 9/10 de la colonie et d’autant plus vite que la surface de couvain est importante. A titre d’exemple, une surface de couvain donnée libère des ouvrières capables de couvrir le triple de cette surface. L’encombrement peut arriver très vite. Cependant, la pose d’une hausse type Dadant augmente brutalement de 50 % le volume de la ruche. Si les conditions météo se dégradent, il y a risque de refroidissement du couvain. On peut parer à ce risque en disposant une feuille de papier journal entre corps et hausse. Dès qu’elles le souhaitent, les abeilles réduisent le papier et occupent la hausse.

Conditions laissant espérer une récolte
L’objectif de l’apiculteur est de faire produire ses colonies. Pour qu’il soit atteint, il est nécessaire que trois conditions soient réunies au même moment :

Des conditions climatiques favorables à la montée du nectar.
1) Une quantité maximale d’ouvrières butineuses
Si la miellée est là mais que les butineuses manquent, chacun comprendra que le nectar disponible ne rentrera pas à la ruche. Il est donc vital que les colonies soient à l’apogée de leur population au moment de la miellée. Rappelons que pour « faire » une butineuse, il faut 42 jours : 21 de l’œuf à l’imago (insecte adulte) et tout autant pour que celui-ci exerce tous les métiers d’intérieur (nettoyeuse, nourrice, cirière gardienne) avant de devenir enfin butineuse. Cependant, en cas de nécessité, la colonie peut modifier cet ordre chronologique. Elle s’adapte en fonction des besoins et peut envoyer aux champs des ouvrières avant qu’elles ne deviennent théoriquement butineuses. Dans le cas où cet ordre serait bousculé, il ne concerne que les ouvrières et en aucun cas l’insecte dans les 21 jours où il est à l’état larvaire. Le nourrissement spéculatif est l’un des leviers permettant d’augmenter la ponte de la reine.

2) Une floraison abondante
Selon l’emplacement du rucher, la floraison d’un maximum d’essences mellifères principalement sauvages produisant une miellée est variable. Elle est liée aux conditions climatiques. Bien malin est celui qui à coup sûr peut prévoir cette époque. L’apiculteur débutant a tout intérêt à s’informer auprès de collègues expérimentés qui peuvent tout au plus prévoir une période approximative. C’est plus facile lorsqu’il s’agit de grandes cultures (ex. colza) ou d’essences sauvages très représentées (ex. acacia). L’observation régulière de l’avancement de la floraison et l’activité d’insectes butineurs indiquent à coup sûr le début de la miellée.

3) Des conditions climatiques favorables
Elles se résument en quelques mots : température de douce à chaude, hygrométrie suffisante, absence de vent d’Est ou de Nord. Si ces conditions sont remplies, le nectar coulera des fleurs. Si l’une des conditions manque, il ne coulera pas. On se souviendra de l’été 2003 : les fleurs étaient présentes, la chaleur était là, c’est le moins qu’on puisse dire, mais il manquait l’humidité, donc le nectar n’a pas été au rendez-vous. Les butineuses sans emploi attendaient désespérément sur la planche de vol…

Après la visite de printemps, nous avons pris connaissance de l’état de nos colonies à la sortie d’hivernage. Nous les avons organisées pour le mieux et nous devons maintenant contrôler régulièrement leur développement et, au bon moment, poser les hausses. Echapperons-nous à un essaimage toujours possible qui contrarierait nos espoirs de production ? Nous en reparlerons le mois prochain.
B. Cartel