Imprimer

Choisir le bon moment pour poser une hausse
par Gilles Fert
Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica

avec l'aimable autorisation de la revue
Abeilles et Fleurs

La crainte de mal faire est le souci premier de tout apiculteur débutant. « Quand poser une hausse ? » est certainement l’une des premières questions printanières. Trop tôt ? Trop tard ? Il n’y a pas vraiment de calendrier à respecter… Cela dépend de la région où vous pratiquez, de la météo, de la race d’abeilles et de la flore environnante. En attendant d’apprendre à parler le langage des abeilles, un peu d’observation et quelques conseils vous permettront d’intervenir à temps.

Etape n°1

Poser une hausse trop tôt, c’est un risque de refroidissement pour le couvain, surtout si les nuits sont encore fraîches. Ce qui doit vous décider est l’état de développement de la colonie : attendez que le corps contienne au moins 6 cadres de couvain.

En règle générale, les premières fleurs printanières, les rentrées de pollen de saule, le nectar de pissenlit relancent la ponte de la reine.

La colonie passe alors d’un à trois cadres de couvain en quelques semaines. Mais, dans les régions méditerranéennes, l’interruption de ponte est presque inexistante, et les hausses doivent souvent être posées dès la fin janvier, pour la floraison du romarin.

bon moment 1 

Etape n°2

Si votre rucher est trop éloigné pour guetter avec précision l’évolution du couvain, vous avez la possibilité d’utiliser la méthode dite du papier journal.

Même si votre colonie n’est pas encore très développée, intercalez une feuille de journal entre le corps de ruche et la hausse.

Dès que la population augmente, les abeilles grignotent le papier pour s’installer en haut..

bon moment 2
Etape n°3

Poser une hausse trop tard, c’est l’essaimage assuré !

…Si la colonie vient à se sentir à l’étroit dans le corps, le mode de reproduction naturel de l’espèce commandera.

Attention tout particulièrement si un champ de colza se trouve à proximité de votre rucher : cette miellée riche et abondante peut déclencher une « fièvre d’essaimage ».

Ne vous laissez pas surprendre, n’hésitez pas à poser la hausse dès les toutes premières fleurs.

bon moment 3 

Etape n°4

Le second grand risque encouru en cas de retard pour poser des hausses, c’est ce qu’on appelle le « blocage de ponte ».

Suite au manque de place, les abeilles remplissent de nectar et de pollen toutes les cellules nées de la chambre à couvain, et la reine ne trouve plus de cellule libre pour y déposer ses œufs… c’est alors l’équilibre de la colonie qui est en danger.

Sachez qu’une « barbe » d’abeilles débordant à l’entrée de la ruche est un signal de manque de place.



Etape n°5

Dès que les abeilles garnissent les cadres de rive, pensez à poser la seconde hausse.

Les constructions de cire remplies de miel entre les cadres vous indiquent aussi qu’il est temps de « doubler » les hausses.

Doit-on intercaler la seconde hausse entre le corps et la première ? Si vous êtes en fin de floraison, mieux vaut éviter, car les abeilles peuvent démarrer un élevage dans la partie du haut s’il y a du couvain.

En revanche, rien ne l’empêche au début ou au cœur d’une miellée prometteuse comme celle du tournesol ou du sapin.

Dans ce cas, n’attendez pas que la première hausse soit totalement remplie pour poser la seconde.

 
            Etape n°6

Enfin, quelques bonnes pratiques : posez la hausse tout en la pivotant afin de pousser les abeilles sans les écraser.

Evitez dans la mesure du possible de placer une hausse composée uniquement de cires gaufrées : intercalez plutôt un cadre vierge pour deux cadres bâtis.

Afin que la reine ne monte pas pondre dans la hausse, vous pouvez placer une grille à reine.

L’absence de couvain vous facilitera les manipulations au moment de la récolte.

Néanmoins, sur certaines miellées, ou avec certaines races d’abeilles, cela favorise l’essaimage.

 


Précaution
Avant de doubler les hausses au printemps, prenez soin de bien retirer le miel en fin de floraison du colza. Ce miel riche en glucose cristallise tellement vite qu’il rendra difficile l’extraction des miels suivants s’ils se mélangent. Il en est de même après la floraison du mélèze.

Astuce
Lorsque vous devez accéder au corps de ruche en présence de hausses, prévoyez un support pour y déposer la hausse pleine, cela vous évitera des problèmes de dos.

Pour en savoir plus :
Le Traité Rustica de l’Apiculture, pages 57-59, 2004.
« Pour ou contre la grille à reine », Abeilles et Fleurs, n° 755, 2013.

Gilles Fert
Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica