N’oubliez pas l’eau !
par Gilles Fert
Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica

avec l'aimable autorisation de la revue
Abeilles et Fleurs



Ce n’est pas toujours un réflexe de l’apiculteur que de penser à l’eau pour ses abeilles. L’eau leur est pourtant indispensable, et représente les 2/3 de leur poids. Sous nos climats tempérés, une ruche récolte en moyenne une centaine de litres d’eau chaque année. Dans certains pays au climat sec, on a observé, quotidiennement, des apports de plusieurs litres d’eau, jusqu’à 5l par jour. L’eau agit comme dissolvant dans les réactions qui se produisent à l’intérieur de l’organisme de l’abeille. Elle permet aussi la consommation des réserves de miel, de pollen, l’apport de minéraux, mais également de climatiser l’intérieur de la ruche pendant les fortes chaleurs. C’est le thermo-régulateur de la colonie.

Etape n°1

Chaque abeille peut transporter 25 mg d’eau par voyage.

Si l’eau vient à manquer dans la ruche, des butineuses de nectar ou de pollen se transforment en apporteuses d’eau.

importance eau 1

Etape n°2

Lorsque les abeilles vont récolter de l’eau, elles ne sont pas toujours sélectives. Cela peut très bien être dans un marigot boueux, un système d’irrigation, ou, pire, une flaque d’eau contenant des résidus de pesticides.

Lorsqu’elles vont s’abreuver dans la piscine du voisin, cela devient une nuisance, voire un risque d’accident.

Afin d’éviter ces désagréments, placez votre abreuvoir dès la sortie de l’hiver, ou le jour même de la transhumance, avant que les abeilles ne repèrent une autre source d’eau.

Les besoins sont importants très tôt au printemps et pendant les fortes chaleurs.

Etape n°3

Si vous ne disposez pas d’une source d’eau propre dans un rayon de 500 m du rucher, placez un distributeur type goutte à goutte par exemple.

Le robinet légèrement ouvert laissant tomber l’eau dans un récipient rempli de cailloux.

On mélange parfois 2 g de sel par litre d’eau pour la rendre plus appétant et apporter des minéraux.

Si les abeilles se sont fixées sur la piscine du voisin, afin de les détourner mettez quelques gouttes d’anis dans l’eau de l’abreuvoir.

Etape n°4

Les abeilles détectent la présence de l’eau par l’évaporation et l’augmentation de l’humidité de l’air autour du point d’eau.Faites un réservoir assez grand d’au moins un mètre de diamètre.

Les abeilles ne savent pas nager. Prévoyez des flotteurs comme du liège, paille ou polystyrène.

L’idéal est de placer des plantes aquatiques sur lesquelles les abeilles évoluent bien.

Quelques petits poissons comme des gambusies (Gambusia affinis), une cousine du guppy, mangeront les larves de moustiques.

Etape n°5

Les derniers travaux scientifiques sur la guttation des plantes mettent en évidence que nos abeilles vont récolter au petit matin les gouttelettes d’eau sur les végétaux.

Cette eau peut contenir des doses de produits phytosanitaires à des concentrations 10 000 fois supérieures à la dose létale pour les abeilles.

Une raison de plus pour installer un abreuvoir. Il est placé de préférence à l’écart du rucher, car les abeilles préfèrent une source d’eau un peu éloignée, 20 à 30 m semble convenir.

            Etape n°6

L’abreuvoir utilisé par les chasseurs pour les perdrix ou faisans donne de bons résultats dans les régions pluvieuses.

Fixez une tôle ondulée en pente sur quatre piquets. Placez un récipient ou une bâche plastique au niveau de la partie basse.

Quelques flotteurs de végétaux viendront compléter l’installation.

Un filet protecteur à grosses mailles peut être placé sur la réserve d’eau pour éviter la noyade accidentelle d’animaux.


Bon à savoir
Pour récolter 1 litre d’eau, les abeilles doivent effectuer 40 000 voyages. Elles apportent 75 % de l’humidité relative au micro-environnement du couvain nécessaire pour empêcher la déshydratation des larves. Elles permettent de maintenir la température du nid à 35 °C même par fortes chaleurs. En période d’élevage ou pour les producteurs de gelée royale comme de reines, il est indispensable d’offrir aux abeilles la possibilité de récolter de l’eau propre. Cela permet aux nourrices d’élaborer la nourriture du couvain qui contient 70 % d’eau.

Bon à savoir
La guttation est un processus biologique caractérisé par l’apparition de gouttelettes d’eau au petit matin, aux extrémités ou aux bords des feuilles de certaines plantes. Ce phénomène ne doit pas être confondu avec la rosée qui provient de la condensation de l’eau atmosphérique sur la plante.

Gilles Fert
Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica