Comment limiter l’essaimage?
par Gilles Fert
Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica

avec l'aimable autorisation de la revue
Abeilles et Fleurs



L’essaimage est le phénomène biologique naturel de reproduction et dispersion dans l’espace des colonies d’abeilles. Nos abeilles essaiment depuis la nuit des temps pour se multiplier et perpétuer l’espèce ; mais pour l’apiculteur, une colonie qui essaime est une ruche qui ne produira pas pendant plusieurs semaines, le temps qu’elle élève une nouvelle reine. Parfois, ce remérage naturel échoue, ce qui entraîne la perte de la colonie. Après un essaimage, vous pouvez intervenir pour limiter ce temps d’interruption de ponte, mais l’idéal consiste à conduire votre ruche de façon à prévenir cet essaimage.

Etape n°1

On admet qu’une reine jeune essaime beaucoup moins qu’une reine âgée.

Cette cohésion de la population autour de la reine est assurée par la sécrétion de phéromones.

Ces molécules chimiques sécrétées par la reine sont en plus grandes quantités lorsqu’elle est jeune.

C’est pourquoi certains apiculteurs professionnels changent systématiquement leurs reines tous les ans afin de limiter l’essaimage.

limiter essaimage 1

Etape n°2

La destruction des cellules royales ou des amorces ne suffit pas toujours à enrayer l’essaimage.

Plus les cellules royales sont « mûres », plus il sera difficile d’éviter le départ de nos abeilles.

N’hésitez pas à diviser en plusieurs ruchettes cette colonie aux symptômes d’essaimage.

Attention, ce n’est pas parce que l’aile de votre reine est coupée « clipage » que vous éviterez l’essaimage.

Vous retrouverez l’essaim devant la ruche, voire sous la ruche, ce qui vous évitera de monter au sommet des arbres pour le récupérer.

Etape n°3

Dans le but d’éliminer le caractère génétique d’essaimage de votre rucher, détruisez toutes les cellules naturelles après un essaimage.

Une semaine après, contrôlez bien qu’il ne reste plus de cellules royales naturelles et introduisez un cadre de couvain de tous âges issu d’une colonie stable.

Les abeilles élèveront de nouvelles cellules à partir de ce couvain.

C’est la première étape de la sélection.

Etape n°4

Juste avant le début de la miellée de printemps, retirez les vieux cadres de bordures pour les remplacer par deux cadres garnis de cire gaufrée.

Une autre précaution qui freine également cette fièvre d’essaimage consiste à retirer les cadres de couvain operculés.

Vous pouvez utiliser ces cadres de couvain prêt à naître pour renforcer des colonies plus faibles, ou constituer de nouvelles ruchettes.

Attention, les petits nourrissements stimulant répétés du printemps peuvent favoriser l’essaimage si votre reine est âgée.

Etape n°5

Le prélèvement d’un paquet d’abeilles stoppe bien souvent ce comportement d’essaimage.

Rien de plus facile ; placez une grille à reine sur la ruche forte.

Intercalez une hausse ou un corps garni de quelques cadres bâtis.

Enfumez et tapotez pendant une minute.

Profitez-en pour créer une nouvelle ruchette avec cette population jeune en introduisant une cellule royale âgée de 10 jours.

            Etape n°6

La pose d’une petite hausse vide type « food chamber » sous la ruche permet de limiter l’essaimage en période de « fièvre d’essaimage » comme la miellée de colza.

Avec ce volume disponible sous la chambre à couvain, les abeilles ont la possibilité de se former en grappe en période de forte miellée.

Cette méthode, réalisable sur un petit rucher, est difficilement concevable pour un professionnel.

Dès la période de fièvre d’essaimage passée, n’oubliez pas de retirer cette boîte vide, autrement les abeilles s’empresseront d’y bâtir des rayons.


Astuce
La pose d’une petite hausse vide type « food chamber » sous la ruche permet de limiter l’essaimage en période de « fièvre d’essaimage » comme la miellée de colza. Avec ce volume disponible sous la chambre à couvain, les abeilles ont la possibilité de se former en grappe en période de forte miellée. Cette méthode, réalisable sur un petit rucher, est difficilement concevable pour un professionnel. Dès la période de fièvre d’essaimage passée, n’oubliez pas de retirer cette boîte vide, autrement les abeilles s’empresseront d’y bâtir des rayons.

Le saviez-vous ?
D’après les anciens, la présence de mâles en quantité au cours de la première visite de printemps indique un essaimage probable en début de saison.

Attention
Certaines floraisons printanières riches en nectar, mais surtout en pollen de bonne qualité, peuvent déclencher une véritable fièvre d’essaimage. C’est le cas du pissenlit et du colza. Pensez à poser les hausses dès le début de la floraison.

Conseil
Certaines races d’abeilles ont la réputation d’essaimer malgré l’espace disponible ou la présence d’une reine jeune. Notre abeille noire locale en fait partie. La solution : multipliez uniquement les colonies non essaimeuses. La solution passe par la sélection.

Pour en savoir plus
Le Traité Rustica de l’apiculture, page 296, 2002.
Perret-Maisonneuve - L’apiculture intensive, pages 688-696, 1949.

Gilles Fert
Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica