Le test de comportement hygiénique
par Gilles Fert
Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica

avec l'aimable autorisation de la revue
Abeilles et Fleurs



Tous les apiculteurs sont à la recherche de l’abeille idéale… mission difficile ! Mais dans un premier temps, il existe un test accessible à tous, permettant de sélectionner des abeilles plus résistantes aux maladies. Pas besoin de laboratoire, ni d’accessoires coûteux : un simple couteau, un congélateur et de l’observation suffisent pour mettre en application le « test de nettoyage ». Dès 1950, Butler avait montré une corrélation entre le comportement hygiénique et la résistance à la loque et au couvain plâtré.

Etape n°1

Depuis que les apiculteurs ont supprimé l’utilisation des antibiotiques pour lutter contre les loques, réapparaissent régulièrement des épidémies, dès que la météo est capricieuse ou quand les reines sont âgées.

Le désolant passage au feu des cadres de couvain est parfois nécessaire.

Pour éviter ces problèmes sanitaires, une des solutions consiste à sélectionner et reproduire vos colonies les plus résistantes.

Pour les repérer, il vous suffit de mesurer et comparer la vitesse de nettoyage de vos colonies.

test comportement 1

Etape n°2

L’objectif étant de reproduire les meilleures souches, faites ce test sur vos colonies les plus productives, les plus douces et si possible qui n’essaiment pas trop.

Choisissez un couvain operculé le plus compact possible (là où se trouvent les nymphes aux yeux mauves).

Evitez bien sûr les zones de couvain naissant.

Découpez (entre les fils si possible) un petit morceau de couvain operculé de 10 cellules par 10, soit 100 cellules par face. Une lecture rapide vous permettra d’obtenir un pourcentage précis.

Etape n°3

Placez ces petits morceaux de couvain operculé au congélateur pendant 24 heures, afin de tuer les nymphes.

Vous pouvez aussi les tuer en perçant les opercules à l’aide d’un cure-dents ou d’une aiguille.

Mais dans ce cas, en amorçant l’ouverture de la cellule, on considère que vous ébauchez le travail des abeilles…

Vous ne pourrez pas comparer vos résultats à ceux des collègues qui suivent le protocole plus scientifique (par congélation).

Etape n°4

Insérez ce petit morceau de couvain mort dès le lendemain, après une décongélation d’une heure à température ambiante.

N’oubliez pas de repérer le cadre en y indiquant la date.

Sur les grosses exploitations apicoles, on tue les portions de couvain à l’aide d’azote liquide que l’on verse dans un tube plastique couvrant 100 cellules.

Cette méthode permet de gagner 24 heures, mais la manipulation doit s’effectuer avec une bonne protection pour éviter les brûlures.

Etape n°5

48 heures après l’introduction, contrôlez la rapidité de nettoyage de vos abeilles.

On considère que la colonie est hygiénique lorsqu’au moins 90 % du couvain mort a été détecté et nettoyé par les ouvrières (âgées de 15 à 17 jours).

En Amérique du Nord, seulement 10 % du cheptel atteint cette performance.

Si vous travaillez en Europe avec l’abeille noire locale, vous avez plus de chances d’observer ce comportement d’hygiène sur la moitié du cheptel, même après 24 heures.

            Etape n°6

N’envisagez de diviser ou d’élever (des reines et des mâles) qu’à partir de vos colonies ayant réalisé ces 90 % de nettoyage en 48 heures.

Après plusieurs années de sélection selon cette méthode, vous pourrez constater une nette amélioration de la propreté de vos planchers de ruches, donc de résistance aux loques et aux mycoses.


Important
Suite à la dégradation de leur environnement, nos abeilles ont un système immunitaire affaibli. Elles sont de plus en plus sensibles aux pathologies. Ce test contribue à lutter contre les maladies.

Conseil
Par précaution, et pour tester l’effet de la saison, de la miellée, de la force de la colonie… le test est répété 2 à 3 fois par an (pendant et hors miellée par exemple) sur vos meilleures souches d’élevage, afin de confirmer les performances.

Le saviez-vous ?
Des scientifiques américains ont mis en évidence que les abeilles au fort comportement hygiénique détectent Varroa à travers les opercules de couvain. Elles peuvent détecter et ouvrir 70 % des cellules operculées contenant Varroa, tandis que des colonies non nettoyeuses n’ouvrent que 10 % des cellules parasitées.

Astuce
Vous n’êtes pas obligé d’utiliser un morceau de couvain venant de la ruche à tester.

Pour en savoir plus
Spivak M. – Honey bee hygienic behavior and defense against Varroa jacobsoni, 1996.
Leconte Y – Estimation du comportement hygiénique chez l’abeille domestique Apis mellifera, 2000.

Gilles Fert
Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica