Je pèse ma ruche
par Gilles Fert
Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica

avec l'aimable autorisation de la revue
Abeilles et Fleurs



Par simple curiosité ou pour éviter de voir mourir de faim vos abeilles pendant l’hiver, la pesée des ruches est une pratique apicole très accessible et intéressante. Vous pouvez bricoler un pèse-ruche à partir d’un simple pèse-personne. Depuis peu, vous pouvez bénéficier des progrès technologiques en plaçant une ruche sur bascule électronique tout en recevant une somme d’informations directement sur votre téléphone mobile ou sur votre ordinateur. Quel que soit le matériel utilisé, ces gains ou pertes de poids vous permettent de suivre efficacement l’évolution de la saison apicole.

Etape n°1

Suivant les régions, on considère qu’une colonie consomme de 60 à 80 kg de miel/an, soit des apports de nectar de plus de 100 kg/saison.

De l’automne à la fin de l’hiver, la consommation des réserves hivernales s’élève à une vingtaine de kg suivant la région.

Par contre, dès le début du printemps, la consommation va augmenter considérablement avec le développement de la population.

C’est précisément à cette période qu’il faut être vigilant afin d’éviter les manques de réserves.

Les pesées peuvent nous aider dans le suivi du rucher.

pese ruche 1

Etape n°2

Pour obtenir ces précieuses informations, notre collègue Lucien Espagno, apiculteur à Pau, a mis au point un système de pesée particulièrement facile à bricoler soi-même, baptisé « Lesage ».

Construit à partir d’un simple pèse-personne sur lequel deux bras métalliques viennent s’encastrer dans les poignées.

Lorsqu’on soulève la ruche et exerce une force sur le pèse-personne, nous obtenons directement le poids.

 

Etape n°3

Nos cousins québécois J. Marceau et E. Houle, du service de recherche en zootechnie de Deschambault, ont mis au point une bascule à lecture directe.

La prise de poids d’une ruche se réalise en moins de 20 secondes, et ce sans déranger la colonie.

La balance est facile à manier et se transporte sans effort. Fait à partir d’un pèse-personne électronique ultra-mince « Digiscale », le système vient se glisser directement sous la ruche qui doit être placée sur une surface rigide et surélevée par deux tasseaux.

Tout le poids de la ruche repose sur le pèse-personne, et la lecture enregistrée ne nécessite aucune transformation mathématique.

Etape n°4

L’un des systèmes de pesée les plus performants actuellement : la bascule spécial apiculture « Capaz » permet la transmission des données par GSM sur votre téléphone mobile ou votre PC.

En plus des indications concernant le poids, vous aurez les températures, l’humidité ambiante, la pluviométrie…

C’est ainsi que, dans certaines conditions de miellée, vous observerez qu’une colonie a des apports journaliers pouvant aller de 300 g à 6 kg.

Etape n°5

Certainement le modèle le plus utilisé par les professionnels, la bascule « Capaz » permet l’utilisation d’un logiciel qui analyse les données de chaque rucher et retransmet ces précieuses informations sous forme de graphique directement sur votre PC.

Dans la plupart de nos régions, pendant la miellée principale, on peut observer que 85 % des apports de nectar annuels se font en un mois.

pese ruche 5
            Etape n°6

Pour suivre l’évolution de la miellée, la vieille bascule qui encombrait le grenier peut très bien nous rendre service.

Une ruche est posée à demeure sur cette bascule que vous placez si possible sous un auvent à l’abri des intempéries.

Il vous faudra relever régulièrement les poids pour tracer en fin de saison une courbe représentative.

pese ruche 6


Attention
Certaines colonies constituent plus de réserves de pollen que d’autres. Ces cadres remplis sont particulièrement lourds et peuvent fausser notre jugement lorsque l’on estime les réserves hivernales par la pesée.

Pour en savoir plus
http://www.agrireseau.qc.ca/navigation.aspx?r=balance%20portative
La pesée des ruches, L. Espagno, Fiches techniques OPIDA.

Gilles Fert
    Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica