Division d’une colonie sans recherche de reine
par Gilles Fert
Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica

avec l'aimable autorisation de la revue
Abeilles et Fleurs



Nous le savons tous, la difficulté en apiculture est de localiser la reine. Par conséquent, apprenons à faire des essaims artificiels par divisions sans avoir à rechercher la « mère ». Gain de temps pour la multiplication d’un grand nombre de ruches, et facilité pour le débutant. La division pratiquée sur deux journées nécessite juste l’achat d’une grille à reine. Des manipulations rapides donc moins de stress pour les abeilles, pas de déclenchement de pillage et moins d’agressivité. En apiculture, l’efficacité passe par la rapidité, et ce tout en respectant les abeilles ?

Etape n°1

Choisissez une colonie bien développée, ayant au moins 7 à 8 cadres de couvain. Bien sûr, elle doit être indemne de maladies et de parasites.

L’idéal est de pratiquer la division au début de la période d’essaimage naturel ou lors d’une miellée de printemps comme le colza.

Mais cette manipulation reste possible tant qu’il y a des mâles pour assurer la fécondation de la future reine vierge.

Dans le cas d’une division tardive, prenez soin de nourrir régulièrement le nouvel essaim avec du sirop dilué à 50 % et de la pâte protéinée.

division sans reine 1

Etape n°2

Le matériel nécessaire pour effectuer cette division se limite juste à une grille à reine, un corps de ruche et des cadres de remplacement.

En pleine période de miellée printanière, vous pouvez très bien prévoir des cadres de cire gaufrée.

Pour une division tardive, préférez des cadres bâtis.

Les grilles à reine en plastique sont maintenant de bonne qualité. Les grilles métalliques, en plus d’être plus chères à l’achat, comportent le risque de se déformer et de permettre à la reine de passer.

Une ruchette 5 cadres recevra ce nouvel essaim.

Etape n°3

 Intercalez la grille à reine entre les deux corps. Remontez 2 à 3 cadres de couvain de tous les âges dans le corps supérieur après avoir secoué toutes les abeilles dans la partie du bas.

Le couvain operculé et naissant donnera des nourrices dans les jours suivants. Le couvain ouvert permettra aux abeilles d’élever des cellules royales naturelles.

Mais dans un premier temps, ce couvain ouvert attire les abeilles dans la partie supérieure.

N’oubliez pas de remonter un ou deux cadres de réserves miel-pollen. Complétez la partie du bas par les cadres de cire gaufrée ou bâtis suivant la saison.

Etape n°4

24 heures après cette manipulation, une partie des abeilles est montée recouvrant le couvain.

Vous disposez ainsi d’une population orpheline sans avoir à rechercher la reine.

Reste plus qu’à transvaser le tout dans une ruchette 5 cadres.

Cette méthode, tout en douceur, évite de déclencher l’agressivité des abeilles ou le pillage.

Seul inconvénient pour les ruchers éloignés : cette manipulation est étalée sur deux jours.

Etape n°5

N’oubliez pas de nourrir au sirop pour stimuler la ruche mère ainsi que le nouvel essaim.

Ce sirop de miel ou de sucre est concentré à 50 %. Il est préférable de le distribuer à petites doses répétées tous les 2 jours.

Il favorisera les rentrées de pollen et fera passer le stress des manipulations.

Attention de ne pas en renverser à l’extérieur du nourrisseur, ce qui provoquera un début de pillage.

Si vous en avez la possibilité, nourrissez à la tombée de la nuit.

            Etape n°6

Si vous disposez d’un deuxième rucher éloigné de plus de 3 à 4 km, vous pouvez y placer ce nouvel essaim.

Par contre, si vous n’avez qu’un emplacement, prenez quelques précautions supplémentaires. Dans ce cas, ne laissez qu’un seul cadre de couvain (essentiellement operculé) dans la ruchette afin d’éviter un refroidissement de couvain par manque d’abeilles.

Réduisez bien l’entrée de la ruchette pour ne laisser qu’un seul passage d’abeilles et en éviter le pillage. En effet, une grande partie de la population va regagner sa ruche d’origine et cette petite colonie est vulnérable les premiers jours.

A partir de là, vous pouvez laisser faire la nature ou bien introduire une cellule royale ou une reine dès le lendemain.


Attention
Lorsqu’on retire la grille, vérifiez bien que la reine ne se trouve pas dessus. C’est pourquoi il est préférable de prendre la bonne habitude de secouer cette grille au-dessus de la ruche.

Les précautions à prendre
Au cours de toutes ces manipulations, faites bien attention de ne pas déclencher du pillage. Ne laissez pas les cadres de miel trop longtemps à l’extérieur de la ruche. Ne faites pas couler de miel. Le pillage peut propager les maladies et augmenter l’agressivité.

Pour en savoir plus
A. Perret-Maisonneuve, 1949 – L’apiculture intensive, Presse universitaire de France.
Le traité Rustica de l’apiculture, 2002, p. 300 à 302.

Gilles Fert
    Auteur de « L’élevage des reines » aux Editions Rustica