Pour que nos ruchers retrouvent leur productivité (2010)
Par Armand Oules
Chargé de recherche et développement auprès du laboratoire CORYLIS

En France, mais aussi dans de nombreux pays, se font les mêmes constatations concernant la situation de l’abeille : les récoltes de miel sont moins abondantes, d’année en année surviennent d’importantes mortalités de colonies, il se produit en outre une recrudescence des maladies contagieuses comme les loques américaines ou la varroase et les maladies opportunistes comme les loques européennes, les mycoses, les nosémoses voient leur pathogénie s ‘accroître. Bref, le dépérissement des abeilles devient une réalité tangible.
Chacun se demande pourquoi se produit une telle situation qui paraît empirer chaque année et cherche le moyen miraculeux de sauver ses abeilles.

Les causes probables de cette situation
On peut sans risque d’erreur estimer que , d’une part, le dérèglement climatique qui raréfie les ressources dont les abeilles peuvent disposer(pollens moins abondants ou moins nutritifs)obère leur dynamisme et les rend plus réceptives aux atteintes pathologiques. Déjà, en 1958, Pierre-Jean Prost avait pu démontrer que l’apparition de loques européennes était associée à un manque de pollen au printemps.

D’autre part, une multitude de composés chimiques présents dans l’environnement en quantités infimes mais réelles peut avoir une incidence sur le niveau de défenses immunitaires de ces insectes. Par exemple, une étude sur l’exposition d’huîtres à des pesticides à des concentrations environnementales a démontré que se produisait une baisse de leurs fonctions hémocytaires. De tels phénomènes pourraient aussi concerner l’abeille.

Les conséquences
Comme beaucoup peuvent le constater en se référant aux années passées, les colonies connaissent des problèmes de développement en début de saison, certaines finissent par subir des atteintes de maladies dites opportunistes (loques européennes, mycoses et nosémoses), les maladies contagieuses (loques américaines, varroase) prennent de l’extension et du fait des développements de ces pathologies, le risque de contamination s’accentue et finit par concerner des ruchers jusque là indemnes en dépit des précautions prises par les apiculteurs. Tout cela se traduit par une irrégularité dans les performances des colonies d’un même rucher, certaines donnant d’abondantes récoltes, d’autres très peu et, évidemment, on est déçu par la faiblesse des récoltes globales, sans compter qu’en sortie d’hiver il faut récupérer de nombreuses ruches vidées de leurs abeilles sans savoir de quoi elles sont mortes.

Comment faire face à une telle situation ? Ce que propose CORYLIS
L’apiculteur est la plupart du temps un fin observateur, connaît son métier et sait réagir. Beaucoup ont compris que l’élevage est primordial et renouvellent leurs reines quasiment chaque année, beaucoup savent aussi que la mobilité : le déplacement de leurs ruches plusieurs fois dans l’année à la recherche de miellées assurées, maintiendra leurs colonies dans un état de développement optimal et garantira des récoltes, sous réserve que ces miellées ne soient pas perdues à cause de mauvaises conditions climatiques. Une question se pose tout de même : si tous font la même chose, que va-t-il se passer dans les régions à faibles miellées mais où l’on a besoin de pollinisation ? Il est en effet important de maintenir des colonies un peu partout afin d’assurer une bonne pollinisation.

Dans tous les cas le rôle premier de l’apiculteur est d’aider ses abeilles au mieux, la récolte de miel étant sa récompense et la pollinisation des espèces végétales étant le service qu’il rend à la nature et à la société.

C’est pourquoi le laboratoire CORYLIS propose trois spécialités qui se sont avérées éminemment utiles dans la conduite de colonies pour optimiser leur développement et garantir leur rentabilité.

Le Provita'bee
Le Provita'bee est un aliment complémentaire à ajouter aux sirops de nourrissement destiné à compenser le manque de ressources que connaissent les abeilles et à stimuler leurs défenses naturelles. Il agit de plusieurs façons :

  • Les fructooligosaccharides par leur rôle prébiotique corrigent les carences des sirops et favorisent le développement de la faune intestinale auxiliaire des abeilles : les lactobacilles et bifidobactéries se nourrissent des fibres que constituent les fructooligosaccharides, se multiplient et tapissent la lumière intestinale s’opposant ainsi à la nidification des organismes intrusifs.
  • Les protéines à forte bio disponibilité qui génèrent peu de déchets de digestion, ainsi que les vitamines et oligo éléments directement assimilables complètent la diète pollinique lorsqu’elle est insuffisante. En effet le manque de pollens ou leur manque de variété provoque une perte de viabilité des couvains ou même du cannibalisme et cela se traduit par des lacunes dans les couvains et une perte de population des ruches avec des conséquences sur leur vigueur.
  • Les antioxydants, de la même famille que les flavonoïdes du miel neutralisent le stress oxydatif dû à l’activité intense des abeilles et à l’exposition à certains polluants. Ceci leur permet de mieux résister aux agressions et prolonge la durée d’activité des butineuses.
  • Les biostimulants proviennent de certaines protéines (transferrines)et certains enzymes (peroxydase, lysozyme) que les abeilles savent collecter naturellement dans les urines animales. Ces composants sont présents dans certains aliments naturels et ont une multitude de propriétés bénéfiques. En particulier, ils fragilisent les facteurs d’agression ce qui permet aux abeilles de les neutraliser plus facilement par leurs moyens de défense intrinsèques.

Dans quelles circonstances utiliser Provita’Bee ?

  • En complément des sirops de nourrissement en début de saison lorsque les colonies entament leur développement.
  • Pour aider les essaims de l’année à se développer dés les premières pontes des jeunes reines.
  • Après les récoltes d’été afin de favoriser la reprise des pontes pour obtenir une génération abondante d’abeilles d’hiver.

Important : Les nourrissements de fin d’été doivent être réalisés après que les colonies aient repris une activité. En cas de sécheresse prolongée par exemple, les sirops seront stockés et ne seront utilisés que plus tard. Il n’est pas utile, non plus, de supplémenter les sirops destinés à compléter les réserves d’hiver.

Il y a quelques années, la question de supplémenter les nourrissements ne se posait que rarement, c’est la situation actuelle de diminution des ressources naturelles et de pollution généralisée qui a amené Corylis à développer de telles spécialités.

Le Provita'Candi
Provita’Candi est un candi supplémenté en protéines, vitamines, minéraux et biostimulant sur le même modèle que le Provita’Bee. Mais sa destination est différente et complémentaire de celle du Provita’Bee :

  • Le Provita’Candi est à utiliser afin de soutenir le développement des colonies : jeunes essaims avec reine en ponte et colonies de production ; en cours de saison ou en préparation à l’hivernage. Les candis sont immédiatement utilisés par les abeilles, ils ne sont donc pas stockés et cela évitera les remontées du nourrissement dans les récoltes. De plus, l’effet est très rapide et les reines seront incitées à pondre davantage. Etant donnée la richesse nutritive du Provita’Candi, des pains de 250-300g. sont suffisants.
  • Le Provita’Candi est éminemment utile lorsque les conditions de ressources sont irrégulières, périodes pluvieuses prolongées par exemple, ou lorsqu’on veut stimuler les pontes automnales quand les conditions climatiques sont défavorables (froid précoce). Dans ce cas, le candi est préférable aux sirops supplémentés.

Mode d’emploi

  • Ajouter à la poudre de l’eau : 100g pour 1kg ou 20g (ml) pour 200g, pas plus.
  • Pétrir soigneusement, jusqu’à obtention d’une pâte ferme.
  • Prélever au moyen d’une spatule une quantité d’environ 200g, la façonner en galette.
  • Déposer sur les têtes de cadres une feuille de cellophane ou autre.
  • Etaler le candi sur cette feuille.
  • Refermer le couvre-cadres en pressant éventuellement.

L’Aroma'bee 
Chacun sait que les abeilles sont attentives en permanence à l’hygiène interne de leur nid : Elles font leurs besoins à l’extérieur, elles nettoient les cellules des rayons entre deux usages, elles évacuent déchets et cadavres et surtout, elles élaborent la propolis qui contribue en permanence, de manière sélective, à l’asepsie de la ruche.
La propolis agit surtout par évaporation continue dans la ruche de substances volatiles (elle contient 10% d’huiles essentielles), qui constituent une véritable barrière de protection contre tout type d’infection.

L’Aroma’Bee est un complexe aromatique dont de nombreux composants se trouvent déjà dans la propolis mais aussi dans la phéromone de Nasanof. Ce complexe agit par évaporation contrôlée et renforce l’activité de la propolis. Ceci explique qu’il est bien toléré par les abeilles, les incite à propoliser autour du point d’émission du complexe (têtes de cadres) et les stimule à mieux nettoyer leur nid.

Le résultat en est que l’asepsie de la ruche est renforcée et que pendant plusieurs mois la ruche est protégée contre les agressions et intrusions d’agents extérieurs.
L’Aroma’Bee est d’origine naturelle et ses composants sont parfaitement biodégradables.

Mode d’emploi
Disposer dans des capsules (couvercles de pots de miel) sur les têtes de cadres une première dose de 12g., 10 jours plus tard renouveler en ajoutant 15g. de produit, en sortie d’hiver, soit trois mois plus tard, rajouter une dose de 12g. ; refermer la ruche en disposant un nourrisseur retourné.

Recommandations
Exposer en même temps toutes les ruches d’un même rucher. Si on a des fonds grillagés, les fermer sous les grilles. Eviter, bien sûr, d’utiliser en période de miellée. Ne pas utiliser non plus lorsqu’il fait très chaud (évaporation trop rapide).

Pour conclure
CORYLIS, conscient des problèmes actuels de l’apiculture propose des spécialités qui ont la simple prétention de répondre aux besoins des abeilles que la nature n’arrive plus à satisfaire et de sauvegarder vos récoltes.
Laboratoires Corylis,
Route Impériale,
11170 Moussoulens

Tél. : 04 68 69 45 48
Fax : 04 68 69 41 53